Entre NKURUNZIZA et BUNYONI le torchon brule selon les « frondeurs » du CNDD-FDD

Entre Mutama 1 et Mutama 2, la lune de miel est terminée

general-bunyoni(Sunday, February 19, 2017, http://www.girijambo.info) Il s’appelle Alain-Guillaume Bunyoni, alias Nyoni, Ruzu ou encore Mutama2 sous-entendu le second après Nkurunziza. Il est le plus riche de tous les brigands du système en place. Sa richesse est estimée à plusieurs milliards de francs burundais, amassés à travers des détournements et des malversations de tout genre. Il investit dans tous les secteurs : carburant, minerais, communication, bâtiment,… Depuis sa nomination, il y a plus de dix ans, au poste de directeur général de la toute nouvelle Police Nationale (PNB), il s’est illustré dans la dilapidation des deniers publics sous la couverture de Mutama1. A titre de rappel, alors que Pierre Nkurunziza (Mutama1) était ministre en charge de la bonne gouvernance, Bunyoni débutait timidement mais sûrement son entreprise malsaine de pillage des fonds publics. D’aucuns se rappellent en effet les nombreux dossiers relatifs aux marchés frauduleux pour l’achat des vivres, et équipements variés de cette institution, qui bénéficiait par ailleurs de multiples appuis des partenaires du Burundi. Sa boulimie d’argent  devenant chronique, Bunyoni s’est ensuite lancé dans le trafic des armes avec le FDLR. D’importantes quantités d’armes ont été commandées pour le compte, “officiellement” de la Police Nationale alors qu’elles étaient échangées contre de l’or en provenance de l’Est du Congo par le billais des miliciens Interahamwe. Ces derniers faisaient régulièrement des navettes entre Uvira et Bujumbura avec des valises remplies d’or. L’hôtel Méridien Source du Nil était le lieu de rencontre entre Mutama2 et les émissaires du FDLR. Pour ceux qui le connaissent depuis longtemps, Bunyoni peut tout sacrifier pour défendre ses intérêts. Pour preuve, dès que ce business dégoutant a été dénoncé par plusieurs organisations nationales et internationales, l’ancien patron de la PNB a réagi sans état d’âme: Ernest Manirumva, un des acteurs de la société civile qui enquêtait sur cette affaire a été sauvagement assassiné. Plusieurs cadres et agents de la police impliqués, de près ou de loin dans cet assassinat ont par la suite été tués. Dans la foulée, cinq  officiers FDLR qui lui fournissaient cet or ont été discrètement remis à un pays de la sous-région pour calmer la colère de ses dirigeants. Tout cela était connu et suivi de près par  Pierre Nkurunziza, alias Mutama1 ou encore Ndimwo ! (“je suis associé! “).

Comme pour le remercier, les promotions se sont enchainées. De ministre en charge de la Sécurité Publique, il est vite devenu chef de cabinet civil du Président, histoire de lui offrir d’autres “opportunités” de piller davantage, à la seule condition de partager équitablement le “butin” » avec le “Chef “. Ainsi, en complicité  avec Nkurunziza, Bunyoni a détourné des centaines de millions de Fbu destinés à payer les petits paysans de Kayanza qui avaient fournis des arbres fruitiers plantés dans tout le pays à l’initiative du même Nkurunziza. Ce projet n’était qu’un prétexte imaginé par Mutama1 pour voler l’argent public.  C’est ce même Nkurunziza qui, en raison de ses liens avec Nyoni, a gardé un silence on ne peut plus complice  même quand celui-ci a fait une commande de faux véhicules blindés. N’eût été la clairvoyance des chauffeurs du charroi de la présidence, personne n’aurait cru que Bunyoni pouvait aller jusqu’à sacrifier la sécurité de son patron pour ses propres intérêts ! Quand la presse et la société civile dénonçaient le détournement des dizaines de millions de dollars pour l’”achat” controversé d’un jet présidentiel, Pierre Nkurunziza qui certainement en savait beaucoup sur ce dossier s’est gardé de tout commentaire. Comme pour narguer tout le monde et profitant d’un congrès du parti CNDD-FDD tenu à Bujumbura en 2014, Nkurunziza a clarifié sa relation avec Bunyoni: “Urya ni data, abo twagendanye ku rugamba baraz’aho yankuye!” (Celui- là est comme un père, mes compagnons d’armes savent ce qu’il a fait pour moi !)

Ces mots, très flatteurs pour le plus grand des brigands burundais  ne sortiront plus sans doute de la bouche de Nkurunziza et ce depuis le début de sa course vers le troisième mandat. Avec ses milliards, Bunyoni s’est toujours vu en successeur de Nkurunziza oubliant malheureusement que sa cote de popularité au sein du système était des plus basses. Et pour cause: son égoïsme et son insociabilité. Lorsque les “anciens militants combattants FDD” se sont rencontrés au tour de Nkurunziza à Ngozi trois jours avant le limogeage de Bunyoni et Adolphe à leurs postes respectifs, aucun parmi eux n’a dit du bien de celui que Nkurunziza considérait comme son “propre père”, au point que tous conditionnaient leur soutien au troisième mandat du Président à la suspension du duo Bunyoni-Adolphe dans leurs fonctions. “Jewe nd’umwana w’Umugambwe, ico mugomba nico nzokora!” (Je suis l’enfant du parti, je ferai ce que vous voudrez !) avait-il répondu, pour apaiser les esprits. Le lendemain, Pierre Nkurunziza recevait des mains de son aide de camp, une lettre ouverte des hauts gradés ex FDD dont le contenu était le même que les propos tenus la veille à Ngozi par les « anciens militants combattants ». Simple fait du hasard ou machination du Président ? La réponse n’était pas claire à cette époque. Bunyoni et Adolphe ont par la suite été limogés ou plutôt affectés ailleurs, à la grande surprise de toute l’opinion. Nkurunziza venait de réussir son “deal” avec les véritables “décideurs” au sein du parti, mais dans le souci de manipuler à sa guise les uns et les autres il a fait comprendre à Bunyoni et Adolphe que le mal ne venait pas de lui, qu’il avait agi par pression de certains de leurs adversaires farouches en l’occurrence : les généraux Guillaume Nabindika et Godefroid Niyombare. La suite, tout le monde la connaît, les deux généraux ont pris le large tandis que les autres signataires de la fameuse lettre ouverte sont restés aux côtés du dictateur sanguinaire de Bujumbura.

Le malheur des uns faisant toujours le bonheur des autres, l’exil des généraux haut-cités, la mort d’Adolphe Nshimirimana et toute la série d’événements survenus au cours de l’année 2015 ont milité en faveur du retour de Bunyoni à la tête du ministère de la Sécurité Publique dont il est l’architecte. Ainsi, Bunyoni qui a mis en place une Police Nationale acquise au CNDD-FDD,  Bunyoni qui a créé un ministère de la Sécurité Publique parallèle à une FDN perçue injustement par les radicaux du parti au pouvoir comme l’apanage des ex FAB du fait simplement de la probité et de la neutralité de ses membres, Bunyoni le voleur et le gangster qualifié est appelé à la rescousse d’un système qui était aux abois ! Cette fois-ci, sa mission principale n’était pas de dilapider les fonds publics, mais de tuer tout personne opposée au troisième mandat d’autant qu’il avait l’expérience de “safisha” (nom de code pour l’opération de chasse aux FNL au lendemain de 2010). Dans cette ignoble mission, Bunyoni s’est choisi son homme de main habituel : le tristement célèbre major Tierry Uwamahoro alias Uwamaraso (couvert de sang).

Chassez le naturel, il revient au galop. En bon “affairiste” et voyant le job lui confié par Mutama1 produire ses fruits, Bunyoni a voulu se positionner pour le  mandat présidentiel 2020-2025 à partir du moment où Nkurunziza venait d’évoquer l’idée de remplacer Pascal Nyabenda à la tête du Parti. Comble de l’ironie, il faisait lui-même partie de la clique qui a fait comprendre au Président que son parti devait être dirigé par un haut gradé pour disait-il, “mieux mener la lutte” contre les opposants au troisième mandat. Pour aboutir à son objectif, il a tout fait pour décrocher la direction du parti, dans le but d’avoir la mainmise sur ses organes de la base au sommet. Son plan était simple : après avoir placé ses hommes de confiance à la tête des commissariats provinciaux de la police dans tout le pays, il suffisait de faire émerger des représentants provinciaux du parti acquis à sa cause pour s’imposer plutard comme candidature à la magistrature suprême. Pour des observateurs avisés, les conflits survenus à la veille du dernier congrès du CNDD-FDD en mairie de Bujumbura entre militants de ce parti étaient consécutifs à cette situation. Deux camps étaient opposés : le camp Bunyoni, piloté par le maire de la ville Freddy Mbonimpa et le camp adverse soutenu par les rivaux de Bunyoni dont Evariste Ndayishimiye et Gabriel Nizigama. Fidèle à sa politique de diviser pour régner, Pierre Nkurunziza,  au courant  des visées de Bunyoni, a dressé les généraux originaires du centre et l’ouest du pays contre lui. Evariste Ndayishimiye, le “moins nanti” des généraux jusque-là, a pris les devants de la scène, éclipsant de fait le tout puissant Bunyoni. Bien qu’isolé par Nkurunziza et bon nombre de ses collègues généraux, Bunyoni bénéficiait encore de la sympathie de deux généraux originaires de Cibitoke : Godefroid Bizimana alias Verement et Gervais Ndirakobuca alias Ndakugarika. Ce dernier était mécontent, pour n’avoir pas figuré sur la liste des personnalités  décorées par Nkurunziza le 1er Juillet 2016. On ne le dira jamais assez, plus malin que Mutama1, tu meurs ! Pour isoler davantage un Bunyoni qui ne désarme pas dans ses ambitions de le succéder en 2020, il vient de récupérer Ndakugarika, l’ami de Bunyoni, en le promouvant lieutenant général le 1er Janvier dernier.

Désormais, la Police Nationale ne compte plus un seul lieutenant  général, mais trois, à savoir Alain-Guillaume Bunyoni, Gabriel Nizigama et Gervais Ndirakobuca. Misant sur les rivalités qu’il entretient malignement et discrètement au sein de la clique des généraux FDD,  Mutama1 prépare lentement mais sûrement son quatrième mandat. De son côté, Bunyoni semble prendre conscience du changement des rapports de force depuis qu’il a tenté sans succès d’éviter la prison à son garçon de course Désiré Uwamahoro. A l’armée, c’est le silence radio ! Prime Niyongabo se comporte en putschiste repenti, fermant les yeux sur les tortures et humiliations subies par une catégorie des hommes sous sa responsabilité : les ex FAB. Il pense en effet que son silence complice contribuera à redorer son image auprès de Nkurunziza et les faucons du pouvoir illégal de Bujumbura. Le plus malheureux et le plus déçu de tous est Evariste Ndayishimiye.  Après sa désignation aux commandes du CNDD-FDD, il espérait être candidat présidentiel pour 2020. Hélas, la dernière déclaration de Nkurunziza à Rutana a sonné comme un couperet l’ancien haut gradé, quand il répondait aux journalistes que si “la loi l’y autorise”, il se fera élire en 2020 !  Aux dernières nouvelles, Evariste Ndayishimiye, promu général à 37 ans et contraint par le tyran Nkurunziza de suspendre sa belle carrière à 46 ans ne sait plus à quel saint se vouer. Pour noyer ses ennuis et sa déception, il passe toutes ses nuits à se saouler jusqu’au petit matin. Il y a une semaine,  un message très révélateur à ce sujet circulait sur les réseaux sociaux: “Tabariza Never, icupa riramwica!” (Alerte Never se tue avec l’alcool!) . Au regard de cette situation, beaucoup craignent une nouvelle fronde au sein du parti. Les portes du PPD Girijambo sont ouvertes aux futurs frondeurs qui les mains sont propres.

Advertisements

5 réflexions sur “Entre NKURUNZIZA et BUNYONI le torchon brule selon les « frondeurs » du CNDD-FDD

  1. Hari umugani baca mu kirundi uvuga ngo Akagabo kagaramanye agahiri mu gahinga ngo ntikabura agahinda.None akagabo nkako icova mu kanwa kako ciza cova he.Urumva wewe wiyita frondeur wasigaye k,urushato inka yarariwe kera niwewe ubwigwa.Isubireko haracari kare.Uburundi nawe n,ubwawe

  2. Certains médias annoncent déjà ce qui va se passer en 2020
    1) Problème entre Son Excellence Nkurunziza Pierre et le Ministre Bunyoni
    2) Gouvernement de transition qui organisera les élections qui seront sans doute contestées
    3) Honorable Agathon Rwasa qui se sent menacé : on veut l’écarter des élections de 2020 d’après
    http://www.iwacu-burundi.org/agathon-rwasa-je-suis-en-danger/
    Questions:
    a) Ces informations sont-elles vérifiées ?
    b) Sont-elles constructives ou destructives pour la nation ?
    c) Sommes-nous conscients des conséquences des actions que nous posons ou des informations que nous diffusons ?
    d) Et en 2025 ,il y aura quoi ?
    e) On ne peut pas vivre si on n’est pas Président de la République ?
    Emwe turatanguye, hanyuma muri 2020 tuzoce tugenda i Arusha mu biganiro bizotujana muri 2025.

  3. Ce n’est les rivalités entre Nkurunziza et Bunyoni qui vont sauver la situation que traversent le peuple burundais et le Burundi. A mon simple avis ; le Burundi sera sauvé par une Armée Nationale : Une armée qui n’est pas dictée par des politiciens aux mains sales dans la gestion du pays. Une armée qui ne protège pas les pilleurs des biens publics ; une armée milite pour le bon fonctionnement des institutions.
    Pour cela, une Armée qui introduira « Une Transition des Technocrates » après Nkurunziza va sauver les burundais et notre cher Burundi Bwacu ; « Burundi Buhire ! »
    Il est grand temps que les politiciens se taisent et laissent le temps d’actions aux burundais technocrates. [ABAHINGA NI BAJE KU KIVI ] abatovye igihugu kuva Umuganwa atari Umugani Ludoviko RWAGASORE agandaguwe bahagarike kubesha abarundi n’amakungu : abo ni abanyamigambwe bose ; kuva kuri UPRONA gushika ku mugambwe wanyuma wavutse.
    Merci de votre compréhension.
    Burundi Buhire.

  4. Ces frondeurs me font rire, il y a bien longtemps qu’ils disent que ça ne va pas entre Nkuru et Bunyoni!!! Si le torchon brûlait entre les 2 il aurait fini de se consummer il y a belle lurette. Nkurunziza et Bunyoni se moquent de vous et de vos racontars, au lieu de vendre vos rumeurs vous devriez rentrer et aller vous battre sur terrain; mais comme vous êtes couards vous vous cachez derrière un ordinateur pour lancer des conneries sur le facebook, twitter et autres social media. Les frondeurs DD ne sont que des brutes voulant remplir leurs estomacs, la population l’a déjà découvert et les emmerde.&%@

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s