Avons-nous un malade mental à la tête du Burundi ?

burundi-presidentNKURUNZIZA PIERRE, UN FOU A LA TÊTE DE LA RÉPUBLIQUE AU BURUNDI.

La folie de grandeur l’a poussée à révéler le secret de sa famille longtemps caché. De sa propre bouche,  il a raconté comment il a eu sa dose de folie à bas âge suite à un traitement traditionnel raté, traitement devant lequel le choix entre devenir fou ou mourir était clair selon lui même. Il est sorti de cet aventure indemne mais bien sûr avec sa dose de folie.

Nul n’ignore les moments combien difficiles que traverse le peuple burundais suite à la folie d’un homme de vouloir se maintenir au pouvoir coûte que coûte  en mettant de côté toutes les règles de la démocratie.

Suite à cette décision de se maintenir au pouvoir par un mandat de trop et illégal,  malgré des cris et conseils venant de toute part, en essayant de le ramener à l’ordre, notre fou a choisi plutôt d’écarter de sa route,  toutes personnes de la mouvance présidentielle comme celles de l’opposition, la société civile et des médias par des tueries ciblées à défaut d’être emprisonné. Devant ce danger de mort, la majorité s’est retrouvée contrainte à l’exil forcé. Résultat,  il s’est entouré des gens qui pensent et raisonnent comme lui, bref des petits fous recrutés de toute part pour l’aider à réaliser son idée longtemps cachée de devenir le tout puissant président à vie. C’est ainsi que dans son entourage on y trouve des personnes qui ont brillé dans des forfaits de toutes sortes ( Assassinats, emprisonnements abusifs, tortures et….).

Qui sont ces fous proches de NKURUNZIZA à  la tête de la Nation ?

Ceux qui se ressemblent s’assemblent dit-on ! NKURUNZIZA connaît bien qui et qui pour l’aider à avancer dans sa folie de grandeur de devenir roi du Burundi. Il recrute parmi les hommes sans paroles  (abagabo n’iryo, ba mpemuke ndamuke),  des courtisans, des gens qui sont prêts à tuer pour quelques avantages personnels et quelques billets de banque, des commissionnaires malhonnêtes etc….. Bref,  des hommes sans foi ni loi. Il les recrute chez les hommes en armes  (militaires, policiers, Imbonerakure et Interahamwe) et des civils.

Parmi les civils, les plus connus pour leur sorties médiatiques sont entre autres Gelase NDABIRABE, ex porte parole du Parti au pouvoir le CNDD-FDD, très connu pour ses attaques injurieuses envers les opposants au pouvoir de Bujumbura et surtout le président  du Rwanda voisins sans oublier les autorités de la Belgique, la France et les  États-Unis. Il fallait être un vrai fou pour oser injurier de telles personnalités et de surcroît qui aident le Burundi pour son fonctionnement. Comme lui,  on se souviendra tous de NZOBONARIBA Philippe,  qui pour se venger des États-Unis qui ne cessaient chaque fois de rappeler à l’ordre les autorités de Bujumbura, il dira à qui veut l’entendre que le Président Obama n’a rien à les reprocher ou les apprendre puisqu’il ne connaît même pas où se trouve le Burundi. En tout cas on ne peut pas avancer de tels propos sans une dose de folie dans sa tête. Le même NZOBONARIBA nous dira que ce n’est rien pour les burundais assassinés par le pouvoir de Monsieur le Fou Nkurunziza Pierre puisque les gens meurent aussi partout ailleurs comme aux États-Unis et en Afrique du Sud. Et comme il faut tuer et emprisonner les opposants sous couvert de la justice, c’est dans cet optique que BAGORIKUNDA Valentin s’est vu nommé Procureur Général de la République afin de couvrir les auteurs des assassinats extrajudiciaires, des cas de torture et emprisonnements abusifs des opposants au pouvoir de Nkurunziza le fou, arrestations des faux coupables sans oublier de mener et truquer les enquêtes judiciaires sur les assassinats commandités par le pouvoir des fous de Bujumbura.

Bien sûr qu’on ne peut pas parler des fous au pouvoir de Bujumbura sans parler des frères NYAMITWE. Le premier,  NYAMITWE Willy (Conseiller de Nkurunziza le fou en matière de communication) très connu et très brillant par ses tweets et sorties médiatiques dans son rôle de défenseur du diable Nkurunziza. Lui est surtout connu dans ses déclarations comme quoi les corps sans vie ramassés dans les rues de Bujumbura et à certains endroits à l’intérieur du pays, assassinés par la police,  est l’oeuvre des opposants au pouvoir de son patron alors que les preuves de ces forfaits sont parlants.   les rapports des défenseurs des droits de l’homme ainsi que des rescapés à ces massacres  vous en diront plus. Et comme cela ne suffit pas pour lui, il annoncera au monde entier que le Burundi peut vivre sans l’aide de l’Union Européenne, des États-Unis et autres partenaires. Puis vient son frère Alain Nyamitwe ( actuel Ministre des Relations  Extérieures),  qui essaie de passer partout où son frère Willy est passé avec trop d’arrogance   pour négocier l’aide comme s’ils ont deux pouvoirs parallèles qui rendent compte au seul Nkurunziza le fou. Avoir seulement ce courage de demander de l’aide à qui on a injurier demande une dose de folie dans sa tête. Le même Alain Nyamitwe a fait comprendre au monde entier que son gouvernement ne pourra jamais participer dans les négociations avec les opposants du pouvoir de Bujumbura. Vu la situation actuelle,  le même Alain risque d’aller chercher les opposants pour les pourparlers et heureusement qu’il n’est jamais trop tard quand il s’agit de trouver des remèdes pour une paix durable.

Parmi les civils sélectionnés et recrutés  par le Fou President Nkurunziza pour l’aider à exécuter ses plans de se maintenir au pouvoir par la force, on ne peut pas oublier le célèbre auteur de l’opération « KORA », mot de code utilisé par les Interahamwe pendant le génocide des Tutsis au Rwanda. Pour dire « TRAVAILLER », autrement dit « EXTERMINER ».  Le célèbre Reverien  NDIKURIYO auteur de ce projet macabre, est actuel président du Sénat au Burundi. Devant une assemblée composée en majorité par des Imbonerakure chefs de différentes circonscriptions, ils les incitait à tuer le maximum des personnes habitants les quartiers considérés par le pouvoir comme participants aux manifestations contre le 3ème mandat de Nkurunziza le fou et qu’ils pourraient récupérer les maisons des personnes tuées comme récompense après ce travail. Notons que les dits quartiers sont à majorité tutsi. C’est déjà un élément ou un signe parmi d’autres du plan de génocide des tutsi du Burundi par le pouvoir du fou président Nkurunziza. Sans oublier que les hutus qui sont contre ce 3ème mandat n’ont pas été épargné eux aussi.

Les militaires et policiers commanditaires des tueries sont connus à travers les rapports des défenseurs des droits humains  et témoignages des rescapés. Les Généraux les plus impliqués dans la planification des assassinats sont entre autres:  NIYONGABO Prime  (Chef d’Etat Major de l’armée), NDIRAKOBUCA Gervais alias NDAKUGARIKA( chef de cabinet à la présidence chargé des affaires de police ), BUNYONI Alain Guillaume  (Ministre de la Sécurité Publique), BIZIMANA Godefroid (Directeur Général Adjoint  de la Police), Étienne NTAKIRUTIMANA alias Stive  ( Patron du Service National des Renseignements SNR).

A ces généraux s’ajoutent les commissionnaires de Nkurunziza  le fou, impliqués dans tous les affaires mafieuses de ce dernier. On citera ici:  les contrats de l’exploitation ilegale des minerais à Muyinga et Cibitoke, expropriations des biens et propriétés. Ce sont des hommes de l’ombre mais qui ont le pouvoir de vie ou de mort sur la population. Il s’agit de BAREKEBAVUGE Alexis( Député élu à  Cibitoke), NTAKARUTIMANA Joseph  ( Député élu à Ngozi),  NDUWIMANA Édouard ( Député élu à Kayanza), NZIGAMASABO Joseph alias GIHAHE (Député élu à Kirundo), la liste est longue. On aura le temps de la mettre à jour dans nos prochaines parutions.

Puis vient le Commando qui tue sans scrupules suivant les ordres reçus des généraux ci-haut cités ou executant directement les ordre du boss Nkurunziza le fou. UWAMAHORO Désiré  ( Commandant de la Brigade Mobile d’intervention ); NTIRAMPEBA Agricole alias  Mwamba ( Cadre à la SNR); NIYONZIMA Joseph alias KAZUNGU ( Cadre de la SNR);  Alfred Innocent MUSEREMU  (Commandant de la Police de Roulage PSR) etc…. A eux seuls,  ils ont à leur bilan les fosses communes et tous les assassinats déjà identifiés et non encore identifiés.

Bref, si on essaye d’analyser avec objectivité tous les forfaits opérés par ce groupe de criminels à l’encontre du peuple burundais,  des injures  graves envers les dirigeants des pays voisins ainsi que les partenaires du Burundi à savoir l’Union Européenne et les États-Unis et autres ( le cas le plus récent, est l’organisation des manifestations devant les bureaux des Nations Unies contre l’adoption de la Résolution HRC33 de l’UE établissant une Commission d’enquête sur les crimes commis au Burundi),  les injures prononcées à l’encontre des experts des Nations Unies, pousser les manifestants à pleurer pour rien, tout cela nous montre bien que le Burundi est dirigé par une bande de fous à commencer par le chef Nkurunziza lui même.

Une chose est sûre. Le fait qu’ils ont annulé le programme d’aller célébrer ce 8 Octobre 2016 la Journée  Internationale des Malades  Manteaux( Célébrer leur journée ) sur la colline Sabanegwa sous la casquette des Travaux Communautaires, montre bien que la folie a des limites. Ils ont compris que quelqu’un avait tracé UNE LIGNE ROUGE infranchissable de ce côté là. Dans leur folie,   On les croyait capables de tout, mais hélas !  Finalement ce sont des tigres en papier.

Emmanuel  Ndereyimana

Une réflexion sur “Avons-nous un malade mental à la tête du Burundi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s