Les faces cachées de la dictature: Cas de NYAMITWE Willy (première partie)

Les faces cachées de la dictature: Cas de NYAMITWE Willy
(première partie)

Nyamitwe fotografe

Willy Nyamitwe est né à Bujumbura , la capitale Burundaise vers la fin des années 1960. Il est marié et père de 5 enfants, 2 garçons et 3 filles. Il a étudié à l’école primaire du quartier 5, Ngagara. Il a fait l’école secondaire au Lycée du Saint Esprit pour le Cycle inférieur et à l’École Technique Secondaire de Kamenge pour le Cycle supérieur. Il était dans la section électronique.Encore petit enfant, le jeune Nyamitwe était un grand bricoleur. Ceux qui ont grandi avec lui savent qu’il fabriquait de petits jeux comme les voitures, les téléphones à partir de boîtes d’allumettes, ainsi de suite. Il jouait aussi au football comme gardien de buts, comme attaquant, bref, il était partout comme aujourd’hui.

J’écris sur Willy Nyamitwe car j’ai envie de présenter les autres faces de ce conseiller choisi par le Président de la République du Burundi pour déstabiliser toute l’opposition, la presse et la société civile. C’est un homme qui a longtemps été mon ami mais que j’ai toujours considéré comme dangereux, raison pour laquelle je souhaiterais que le monde entier sache et interprète les signes des temps. Demain il sera trop tard peut être. Tous ceux qui voudraient contribuer à la recherche des solutions aux différentes crises que connaît le Burundi devraient chercher à savoir qui est ce Willy Nyamitwe, présent dans toutes les affaires du pays.

J’en sais beaucoup sur Willy Nyamitwe, tout comme il en sait beaucoup sur moi. Je détiens des photos de lui avec moi, ou avec d’autres personnes, dans des occasions très diverses. Le moment venu, je les rendrai publiques. En guise d’exemple, je détiens une photo de cet homme en tenue militaire, en compagnie du Commandant John Kaganda, sur le pont Kalemabenge, à l’Est de la République Démocratique du Congo. Il portait le nom de Willema Kambale et le surnom de MM. On le surnommait, en effet, à l’époque MM pour dire « Mwana Mboka » à cause de ses accoutrements à la zaïroise, le Kitoko et son lingala à la kinoise. Je détiens une autre photo qui le montre de dos, bavardant avec Houssein Rajabu dans les années 1998. Willy Nyamitwe avait une guitare à la main. J’ai toujours admiré ses talents en musique.

Willy Nyamitwe, Meurtrier

Willy Nyamitwe est recherché par l’armée congolaise (RDC) pour meurtre prémédité de 4 soldats banyamulenge en 1996, sur le sol congolais. Accompagné de 7 autres personnes, sans doute des ex-soldats rwandais, Willy Nyamitwe a attaqué un camp de soldats congolais tenus par des Rwando-congolais Banyamulenge et des Rwandais, à Uvira dans le Sud-Kivu, en 1996, pour libérer un prisonnier rwandais Interahamwe qui y était détenu, un certain Georges que tout le monde appelait Joriji. C’était aux environs de 19h00′. Les combats se sont poursuivis jusque très tard dans la nuit et Joriji a pu être libéré et vit actuellement au Canada. Tous ceux qui étaient avec Willy Nyamitwe dont une femme, sa copine, ont été abattus. Lui et Joriji ont été les seuls survivants de cette aventure suicidaire. A bord d’une pirogue, Willy Nyamitwe a pris le large par le lac Tanganyika, emmenant Joriji qui pourtant était accusé d’avoir trempé dans le génocide Rwandais de 1994. Il est donc parti laissant derrière lui 4 morts dans les rangs des Banyamulenge. L’armée congolaise l’a cherché partout mais elle ignorait que le fameux Capitaine ou Commandant Kambale n’était que Willy Nyamitwe, un rebelle FDD Burundais qui s’était infiltré dans les rangs de l’armée de Kabila pour l’espionner. Il a alors regagné les rangs des FDD dans la province de Bubanza et sera vite envoyé par Houssein Rajabu au Liban où il passera quelques mois et prendra le nom de Issa Mouhamed. C’est lui même qui m’a révélé le nom qu’il a utilisé pour partir au Liban et y séjourner. Ses activités là-bas me sont inconnues car il n’a jamais voulu m’en parler.

Willy Nyamitwe, Espion

Aussitôt revenu au Burundi, Willy Nyamitwe a d’abord été envoyé dans la province de Ngozi. C’est là où nous nous sommes retrouvés après plusieurs années de séparation, dans une boite de nuit. Il venait y ouvrir une entreprise, m’avait-il confié, une maison de décoration qu’il avait dénommée Lion’s Will Services. Mais cela n’était pas vrai. C’était un espion, à la solde des FDD et je le savais. La preuve, cette maison n’a jamais existé, n’a jamais fonctionné. Mais, aidé par un certain Rasta du nom de Gédéon, il n’a pas tardé à se lier en amitié avec beaucoup de gens, des commerçants, des policiers, des militaires, du gouverneur Twagiramungu, des prêtres, etc. Il savait comment pénétrer tous les milieux.

Avec des buveurs, il boit. Avec des fumeurs, il fume. Avec des danseurs, il danse. Willy Nyamitwe est un homme qui sait s’adapter à toutes les situations.

Sa mission terminée, il est rentré à Bujumbura où une autre, très grande cette fois-ci, l’attendait : Espionner le Président Buyoya. Mais la tâche n’était pas du tout facile. Il fallait pénétrer en passant par un intermédiaire. Cet intermédiaire sera trouvé en la personne de Joris Ndongozi, un colosse que le Major Pierre Buyoya utilisait pour les missions louches, comme les éliminations physiques des éléments gênants. Certains le soupçonnent d’ailleurs d’être le meurtrier de plusieurs personnalités politiques hutu entre 1994 et 1996, comme Kabushemeye. Chose étonnante, Willy Nyamitwe en a fait un ami. Ils sont devenus de grands amis et ce Joris a pu l’introduire chez Buyoya. Je ne sais pas s’il en a retiré grand-chose, mais il est entré quand même. C’est ainsi qu’il naviguera entre espionner Buyoya et espionner le Frodebu. Il s’introduira sans beaucoup de difficultés chez Minani Jean, chez Léonce Ngendakumana et j’en passe. Il dirigera d’ailleurs plus tard, en collaboration de Alexandre Niyonzima et son frère Hyacinthe, l’opération d’élimination physique de Agathon Rwasa, le leader historique du mouvement Palipehutu-Fnl. Le financier était Buyoya en personne, aidé par le Frodebu. Mais cette opération a tourné en fiasco, Willy Nyamitwe s’en est tiré indemne, mais Anicet Ntawuhiganayo le porte-parole du mouvement ainsi que Alexandre Niyonzima et son frère ne purent pas échapper. Ils furent tout simplement tués, mais révélèrent les identités des commanditaires : Willy Nyamitwe dirigeait les opérations.

L’ancien Chef d’État Domitien Ndayizeye que Willy Nyamitwe a envoyé en prison pour « tentative de déstabilisation des institutions » n’avait pas aussi échappé aux manigances de l’agent secret à la solde de Houssein Rajabu et Peter Nkurunziza. Dès son arrivée à la chaise présidentielle, Willy Nyamitwe s’introduira. Il parviendra à convaincre le Président de la République que c’est lui qui connaissait tout ce que Buyoya faisait sous la table. Ndayizeye ne tardera pas à tomber dans le panneau, faisant de Willy Nyamitwe son conseiller privé et privilégié en matière de communication, alors qu’il avait déjà un professionnel, Pancrace Cimpaye. Willy Nyamitwe pouvait donc accéder à tous les fichiers du Président de la République et les transmettait à ses patrons, Rajabu et Peter, mais le malheureux président ne s’en rendra compte que trop tard … après les élections de 1995 où il essuya un échec cuisant, même sur sa colline natale. Ce n’était pas tout. Cet homme a aussi pu entrer en contact avec l’épouse du Président, Mme Aude Ndayizeye. Cette dernière le regrettera toute sa vie, car elle a mis toute sa confiance en cet homme sans cœur.

L’ONU n’a pas été épargnée. Elle devrait ouvrir une enquête pour savoir comment Willy Nyamitwe est entré à l’Opération des Nations Unies pour le Burundi (ONUB), car il y a travaillé pendant six mois. Était-ce pour l’espionner ? Le Cndd-fdd l’avait-il placé là-bas pour y installer un logiciel d’espionnage ? Rien n’est impossible car d’après des sources dignes de foi, Willy Nyamitwe n’a pas été chassé mais a démissionné de ses fonctions. Sa mission était-elle terminée ? Qu’a-t-il fait comme fonctionnaire des Nations Unies ? Comment un propriétaire d’une entreprise et d’un commerce florissant pouvait-il se faire embaucher par les Nations Unies alors qu’il gagnait 5 fois plus par mois ? On pourrait même se poser la question de savoir comment et pourquoi un homme aussi riche que lui peut accepter d’être nommé à une fonction de Conseiller, même avec le rang de ministre qu’il a, alors que les salaires dans le secteur public sont très bas, dans un pays qui paie un ministre moins de 300 dollars américains.

KABURENTE Alexandre

16 réflexions sur “Les faces cachées de la dictature: Cas de NYAMITWE Willy (première partie)

  1. Uwo nyamitwe! ugerageje kumuraba canke kumwumva! usanga yibaza ko Abarundi ari ibijuju! ndaraba ingene yifatira abantu abaha des qualificatifs honteux de la part yu mu diplomate nkiyumvira ico yitwaje atari ubutegetsi! buhera mu kanya isase! araraba neza ntaze atume umwana azira urwanko rwa Nyina! Kuko burya ukwo yibwira siko bigenda! kandi ashobora kwibaza ko, ivyavuga atawubikurikirana! amenya ko bamwumva kandi azwi bikwiye haba mu Burundi canke hanze!
    Baca umugani mu kirundi ngo buraca bugacana ayandi! kandi burya ngo ikibi ni akanwa!

  2. Twe turamuzi harinivyo atavuze uyo mugabo ukabona adakoreye inteba ishushe uyo mugabo wingozi ndabarahiye, amaz’iminsi atako agira ngo mwene nyina Alain ngo abe ariwe aja la tete presidentielle, reka ndamumenere ibanga yambwiye ko hamwe pita vyokwanka ndetse agapfa atawundi bazohashira atari Alain kandi amatwi ansumira Alain ari mumyiteguro, barakirangije na Adolphe. aho ntakubesha kurimwo.

  3. Nous voulons une infos nouvelle sur ce pseudo homme a tout faire…. ce que vous parler dans votre article, il n’y a rien de nouveau…ca fait au moins deux ans que nous savons ce que vous rancontez. Avec cette vieille indique, vous lui faites de la publicité gratuite.

  4. Urakoze kutuyagira Nyamitwe uwo ariwe. Kandi izina niryo muntu, ni NYAMITWE nyene. Hari uwomenya aho ari ubu ko adaherutse kuvugira shebuja? Canke amajambo yarakamye, ubwanwa bwarapfutse umunwa!

  5. Ahaaaaa!!!! « On est puni par là même où on a péché ». Quand on ne s’entoure que par des hommes dangereux, on crée le danger pour les autres mais on finit par en être victime.
    A bon entendeur…

  6. N’importe quoi! Qui n’a pas d’histoire dans cet petit pays que Dueu nous a donné avant d’être batiseé. Mureke gushakira ibisubizo kunakosa y’umuntu umwe. Ko mudashaka uwasubije abarundi mwihumbi 1993? E n’est pas un rêve vyarabaye! Ntimugashakire amahoro kumuvyimba, turi 2015. Innovation au lieu de détruire….

  7. Wawundi ati twatwawe n’ibisiga ntitwabimenya, yavuze ukuri. Ntibishoboka kw’abantu nk’abo bashobora guhindura imico n’inyifato ngo nuko bafashe ubutegetsi. Nico gituma igihugu kikeze aho umwansi ashaka.
    Ivyo bagenderamwo mw’ishamba bazanye uko nyene, abasigaye twese tube victimes, batubuze kuvuga, batwicishe inzara, baduhonye kugira igihug bacizizire bonyene ubuzima bwose. Nukuvyanka twivuye inyuma heureusement ko twabamenye, naho ibara ryamaze kugwa. Nous devons sauver ce qu’il y a a sauver.

  8. on ne construit jamais le monde avec des espions. plutôt on le détruit avec eux. et notre chère patrie, la république du burundi, en souffre gravement. leur langage n’a jamais été constructif. ce sont des gens malhônettes qui collaborent avec ces personnalités et qui sont en train de faire tomber l’économie de ce beau pays, du lait et du miel,trop sucé car bon et sucré comme bombon. ils finiront par faire disparaître le statut de la république et le transformeront en royaume des grands démons du monde. si le peuple burundais prendra conscience plus tard, il sera peut-être difficile de s’en débarasser. on verra plutôt un peuple croupissant dans la misère et l’esclavage,agissant impuissamment.

  9. Ndagukosore gato….willy na alain son grand frere…nadine..na leur soeur mutoya bize kuri kopiko…E.N.E…maman wabo pelagie yigisha 5eme primaire kuri kopiko….leur petite soeur nurya yari muri protocole ya DOMITIEN NDAYIZEYE…..Went to school with them and they used to be my neighbors….maman wabo ntiyigeze yarabaye mumahoro ntangere mumagume yard 1993 …bagiye guhunga Ariko yabeye ya coup yokuri saint esprit kubera alain yari umU GEDEBU….I know the family….willy yaranse komba umugenzi kuri facebook kuko nokwanditse vyinshi

    • Emwe, mwari mumuvuze! Numva yaciye muri vyinshi bitandukanye kandi bitoroshe. Ntivyari kubura kumucisha ubwenge bw’ukuba umunyamanyanga ahinduka nk’uruvoruvo! Ikimbabaje ni uko ata nama mwamugiriye kandi mwabona ko inzira ariko arafata itari nziza, none agiye kuvyicuza amazi yarenze inkombe!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s