Les « combattants de la liberté » bientôt à l’œuvre : unissons-nous à leurs côtés !

NiyombareLes « combattants de la liberté » bientôt à l’œuvre : unissons-nous à leurs côtés !

Ce lundi matin, dans une arrogance hors normes, doublée d’une assurance exceptionnelle et sans aucun souci pour le reste de la population burundaise, Pierre Nkurunziza a cautionné son « hold up électoral » dans son terroir de Ngozi, sa province natale. Arrivé dans son bureau de vote au guidon de son VTT, drapé dans un training de son club « Alléluia FC,» entouré par une dizaine de ses gardes corps en tenue civile et d’une multitude de militaires et policiers en tenue de combat, le doigt sur la gâchette, parfois avec des mitrailleuses, Pierre Nkurunziza est apparu moins serein que d’habitude, très fatigué et physiquement faible ! Sa femme, Denise Bucumi, souvent souriante et enthousiaste, était lors de ces « élections législatives et communales, » plutôt honteuse, les yeux constamment braqués au sol, comme si en compagnie de son mari, ils allaient posés un acte de haute trahison, contre le peuple burundais et les Institutions démocratique de notre pays.

C’est justement une insulte très grave contre les principes démocratiques universellement reconnus, un crachat contre la Constitution burundaise et l’Accord de Paix d’Arusha, signé le 28 août 2000, en présence de très hautes personnalités mondiales, notamment le Médiateur Nelson Mandela et le Président Bill William Clinton, alors locataire de la Maison Blanche ! C’est pourquoi pour ceux qui doutaient encore sur la détermination inconstitutionnelle de Pierre Nkurunziza à briquer un troisième mandat à la présidence de la République, malgré les 70 burundais assassinés froidement ces dernières semaines par la Police Nationale, la milice « Imbonerakure » du Cndd-Fdd et les miliciens rwandais « Interahamwe » venus en renfort pour permettre ce 3e mandat, en dépit d’un déficit mensuel dans les livres de l’Office Burundais des Recettes tournant autour de 20 milliards de nos francs et une fermeture de robinets financiers par les principaux partenaires de notre pays dont le budget de fonctionnement nécessite toujours 60% de leurs apports, Pierre Nkurunziza est toujours très concentré pour atteindre son objectif de rester au pouvoir jusqu’en 2020.

Pierre Nkurunziza, pire que l’Etat Islamiste

Rien ne viendra donc au bout de sa détermination pour arracher son 3e mandat, quoique, illégal et illégitime. C’est en tout cas, sa propre volonté indéfectible et l’engagement incorruptible d’une dizaine de gangsters l’aidant depuis pratiquement huit ans, à tuer, à emprisonner et à exiler systématiquement leurs opposants politiques, tout en se partageant abusivement les maigres ressources de l’Etat, comme un véritable butin de cette guerre stupide qu’ils imposent quotidiennement au Burundi et à toute sa population. C’est ainsi que depuis l’incarcération politique et illégale de l’Honorable El Hadj Hussein Radjabu, le 27 avril 2007, Pierre Nkurunziza prépare minutieusement cette guerre, en se cachant toujours sous une carapace de terrorisme d’Etat, digne de l’Etat Islamique, faisant rage dans certaines provinces syriennes et irakiennes. Depuis lors, Pierre Nkurunziza et sa clique ont amassé des sommes astronomiques, tirées des toutes formes de trafic (Humain, minier, armes, drogues, faux devises, …) des conflits d’intérêts, … et qui auront servi à recruter, à former et à entretenir ces « escadrons de la mort » éparpillés dans toutes les provinces du Burundi.

Résultat? Huit ans après, la Force de Défense Nationale et la Police Nationale du Burundi, encore moins la population civile burundaise, n’ont aucune estime et considération, vis-à-vis de Pierre Nkurunziza et ses acolytes ! Aujourd’hui, la grande question que les burundais doivent se poser, dans leur angoisse devenue chronique, dans leur extrême pauvreté et dans leur insécurité permanente, consiste à savoir si nous méritons vraiment ce « dirigeant » à la tête de notre chère patrie?!!! En dix ans au pouvoir, Pierre Nkurunziza n’a jamais montré à la face du monde son vrai visage. Il s’est toujours taillé une présentation plus ou moins humaine, en s’autoproclamant notamment « serviteur de Dieu, » et proche de sa population. Et pour renforcer ce maquillage monstrueux, il a constamment utilisé un langage mielleux, promettant monts et merveilles, avec de temps en temps, une distribution d’argent et d’autres biens, à quelques nécessiteux bien ciblés et religieusement sélectionnés par ses services.

Les masques tombent un à un

Mais en réalité, Pierre Nkurunziza, particulièrement ces dernières semaines, consécutives à la décision de son parti à lui proposer comme candidat à son 3e mandat inconstitutionnel et illégitime, ce dictateur atypique nous révèle progressivement son vrai visage. Ces masques tombent un à un ! C’est un homme très égoïste, doté d’un double langage suivant ses interlocuteurs et ne tenant jamais ses promesses. Il se moque éperdument de ses partenaires et de leurs statuts. Probablement, Pierre Nkurunziza serait très rancunier et surtout assoiffé du sang humain, d’un pouvoir illimité et éternel ! Son maquillage s’efface progressivement et nous découvrons en face de nous, une machine impitoyable qui s’est chargée de broyer tout ce qui est légal, moral et matériel sur le sol burundais, pourvu qu’elle arrive finalement à ses propres fins privés! Il y a même lieu de croire que ceux qui se prostituent aujourd’hui à Pierre Nkurunziza pour lui faire plaisir et en profiter, sans penser à leur lendemain, ne font pas partie de ses premières préoccupations. Il pourrait s’en débarrasser sans aucun état d’âme, si c’était l’exigence de ses instincts boulimiques et diaboliques !

Pour toutes les forces vives de la Nation burundaise, au moins ce qui en reste actuellement, il faut ouvrir grandement vos yeux pour analyser si le peuple burundais mérite vraiment un tel affront, infligé à toute la population burundaise, par une quinzaine d’individus sans foi ni morale, constitués par quelques Généraux de l’armée et de la Police, une poignée de cadres du Cndd-Fdd et d’Hommes d’affaires bien identifiés et connus, par les victimes de ce système sanguinaire et séparatiste de Bujumbura, sous la houlette de Pierre Nkurunziza en personne, dont la seule préoccupation consiste à « esclavagiser » la population burundaise, afin d’exploiter impunément et abusivement les ressources de l’Etat du Burundi. Et servir de relais régional à toutes les grandes mafias du monde entier ! L’heure d’en découdre définitivement avec une telle situation lamentable pour le Burundi et sa population, a déjà sonné ! Mettons de côté toutes nos différences potentielles, enterrons provisoirement nos idéologies politiques et nos croyances religieuses, usons de toute notre intelligence et de nos capacités respectives, chacun dans son domaine spécifique, et faisons du renversement de Pierre Nkurunziza et de son régime qui continue à sucer le sang de burundais, notre cheval de bataille. Il ne faut pas attendre trop longtemps, car demain il sera trop tard !

En effet, chaque jour que Pierre Nkurunziza passe au pouvoir, à polluer le palais présidentiel et le pays tout entier, c’est une chute de plus dans ce gouffre profond dans lequel, lui et sa clique, plongent quotidiennement le Burundi et toute sa population. Le laisser-faire, en assistant passivement et assis sur notre derrière, c’est précipiter notre coma irréversible, une sorte de suicide collectif pour les 9 millions de burundais, déboussolés, désemparés et dispersés! Pour l’instant, à défaut de toute solution négociée et politique, contestée tout d’un bloc par Pierre Nkurunziza et ses sbires, seule la lutte armée peut aujourd’hui libérer notre pays de ce despote du Moyen-Age, le pire du XXIe siècle, encore en activité! Dans ce genre de confrontation, le sacrifice, la lucidité, la détermination et le secret tenu, restent notre seul credo pour s’affranchir de ce pirate néo-nazi des Grand-Lacs africains ! N’hésitez pas à fournir votre pierre à l’édifice au cours de ce grand chantier qui commence très bientôt, car Dieu est dans nos tranchées pour épauler la population burundaise dans cette prochaine « guerre de survie, » du Bien contre le Mal.

Le Burundi va renaitre comme le Sphinx

Quant à ceux qui pensent naïvement que la communauté internationale viendra voler au secours de la population burundaise, désillusionnez-vous! Comme au Rwanda en 1994, elle viendra pleurer avec les larmes de crocodile lors de l’enterrement de nos ossements, disant qu’elle n’a rien su à temps, des agissements de Pierre Nkurunziza et son équipe ! Avant, certainement, de travailler à « la reconstruction du Burundi » aux côtés de nos bourreaux, comme c’est le cas aujourd’hui ! Il faut savoir que la fameuse communauté internationale n’est qu’une chimère d’esprit politique, un fantôme dont personne ne connait avec précision, son siège et son lieu de principal établissement ! Elle coopère avec le plus fort et le mieux organisé ! C’est pourquoi, au lendemain de la chute imminente de Pierre Nkurunziza, ce ne sont pas les capitaux étrangers et les investisseurs qui manqueront dans ce beau pays, le Burundi. Il va renaitre de ses cendres, comme le Sphinx, pour redevenir un Havre de Paix, d’Unité et de Développement!

Unissons-nous donc pour atteindre aujourd’hui ce paradis à recouvrer dans les plus brefs délais en vue de mettre Pierre Nkurunziza et ses acolytes, hors d’état de nuire. Et rétablir par coup, le blason national à notre chère patrie, dans le concert des Nations libres, modernes et progressistes ! Notre motivation suprême devrait être logiquement supérieure à leur détermination d’enterrer prématurément et définitivement le Burundi et toute sa population, du moins, les opposants déclarés ou potentiels au 3e mandat. Très bientôt, comme vous le savez déjà, les « combattants de la liberté » seront à l’œuvre. Soyons tous derrière eux, pour une victoire rapide, totale et durable. « La Patrie ou la Mort, nous vaincrons ! Malheurs à ceux qui bâillonnent le peuple.» A Bon Entendeur Salut !

Thierry Ndayishimiye
Addis-Abeba, Ethiopie

28 réflexions sur “Les « combattants de la liberté » bientôt à l’œuvre : unissons-nous à leurs côtés !

  1. Mwese muribijuju ntimuzi ivyo muriko muravuga. Muribuka kahise kuburundi, kore basha tuzoraba ico muzoshikako. La voie de la majorité sera toujours plus haut. Gusa nimwahunga mugakwiza igitigiri cabahunze kuva 1972 mukamarayo imyaka nkiyo bamazeyo muzoheza mumenye ukuri kwibinyegezwa.

    • Irindwi nakabiri ntiwaruhari. Nanje sinari mpari. Ubwo bwenge uvuga uzi,buragatwarwa nurwatwaye Data. Gusa inkoni yakubise mukeba ahubwo woyirwnza urugo.

    • Keza ntukifurize uwundi icutifuza.nimba vyaragushikiye ibuka ubunabare wagize Hama wibaze bugize ikiremwa cimana nkawe ndagukebuye ataho negamiye mubo mwariko murishurana nuko gusa comment yawe mbonye noyivugako gato.nuko Imana ikugirire neza

  2. c’est vrai, ce monstre nkurunziza, n’a plus de souci envers le Burundi, malheureux toute personne qui espère lui faire son ami,il n’a ni ami, ni famille ni voisin,il compte seulement ces interest.Malheur aux partis qui ont opte de le soutenir il seront tous décus.Heureusement qu’avec les fameux elections l’uprona/concilie et FNL/miburo ont déjà trouvé leurs places

  3. un rebelle reste tjr rebelle, un rebelle ne coute personne, en bref il veut finis comme SAVIMBI d’Angola qu’il na pas voulu écouter personne et en finis par exposé son cadavre déshabiller dans la rue.

    <>

  4. ce q je suis d’accord avec toi c q la communauté interna. soutien le plus fort et le mieux organisé. q les opposants ne disent plus « amakungu azomufatira ibihano ». ça c’est un argtment de ceux qui sont deja vaincus. moi aussi je soutiendrai le plus fort dans ce pays qu’est le burundi. aussi n’est complet

  5. SVP le moment est venu pour passer aux actes concrets et non aux paroles. si des actions ne sont pas menées vaut mieux se taire. plutôt, parloter moins et mener plus d’actions pour sauver la nation.
    Nous, compatriotes, cherchons a s’unir avec ceux qui acceptent de prendre le devant.

  6. Merci beaucoup cher fils Thiery Ndayishimiye Oui unissons nous pour chasser ce genocidaire ce bandi isiha Imbunuzi Umwambuzi Il faut nous unir pour sauver ce qui restent a sauver Il faut nous unir pour les refugieux Burundais qui sont malheureux entre de mourrir par colera et autres maladie parceque il n ont pas a manger Il faut nous unir pour sauver les Burundais qui sont en prisons parceque ils ont maniffestent contre un dictateur un Neo Nazi un Hitrel Burundais
    Nous acceptons ce sacrifice pour donner un avenir a notre dexcandance encore merci Rose

    • Rose Tel [1] 647 767 6734 mail rose.hakizimana@gmail.com birakenewe ko tuvugana merci nituvire hasi rimwe Uburundi si Itongo Nkurunziza yaguze kugira arungike abapolisi tuhemba bambaye impuzu tubagurira bakaja kwica abarundi babagaburira nikintu atanumwe yovyihanganira Nitukoranye inguvu zacu kukokarya kagwi kava amaraso
      Twarakoresheje Ubupfasoni n ubuntu buranga abarundi ubu abarundi bose tuvira hasi rimwe mu buryo umwe wese ashobora merci

    • chaque que je regarder comment les manifestants sont entrain d’stre malmenes et tues,je me dis souvent quel diable qui hante notre pays.iyo mbwebwe mujeri ntikwiye kudutwarana igihugu.igihugu ni cabarundi twese,iyo mbwebwe ntikwiye kwiganza mu burundi burimwo amategeko.iyo bariko baqrica abo bana{les combatants,nukuri birambabaza.ariko,ne nous laissons pas faire ou ne soyons pas fatigues,il faut qu’on continu la bataille jusqu’a vaincre.jewe ndabwira abantu nzi nti bazondonderere barya bantu bafashe zirya mbonerakure zaqri zambaye imyambaro yigipolisi,nabafashe zirya nterahamwe,kugira tuzozambike ikizoguma kibaranga ko ari intwari,kandi tuzigirire ikintu cicubahiro kuko baritanze rwose.ariko,ariko,ico nobabwira coco,nuko intsinzi ari iyacu,kuko ntamujeri ishobora gusubira kudutwara ataco yatumariye atari ukumara abantu.

  7. @Ukuri kubisi
    La recherche des moyens pour se proteger et se defendre est un dernier recours quand d’autres moyens ont echoue. Qu’est-ce qui reste a essayer avec ce Nkurunziza comme le dit l’auteur de cet article « n’a aucune estime et consideration pour personne ». Est-ce que il a besoin de s’assoir et penser avec une opposition et une societe civile qu’il banalise depuis qu’il est au pouvoir et etant conscient que c’est lui seul qui a raison et qui a droit a tous les droits? Qui dans ce monde connaissant le Burundi ne s’est pas exprime contre l’attitude de Nkurunziza ? Quelle voie diplomatique n’a pas ete tentee mais en vain et se heurte plutot a une arrogance sans nom ? Combien de gens faut-il attendre qu’il tue, emprisonne et fait exiler pour satisfaire ses ambitions aveugles ?Le peuple burundais est laisse a lui-meme. La police qui devrrait le proteger ne veuille qu’aux interets de Nkurunziza seulement et avec les imbonerakure armes tuent les citoyens comme des mouches. Quand a agir sous la colere, voulez-vous qu’on continuent a prier le diable? On est pas seulement en colere, abarundi bararengewe, barashishihwe. Un envoye special des NU au debut de cette crise a dit que quand tu prives les citoyens de leur droits par repression, ils n’abandonnent pas , ils cherchent plutot d’autres moyens a le faire.Il s’appuie sur des experiences connues.Si les autres cherchent, c’est toujours la responsabilite de Nkurunziza qui veut que le Burundi devienne comme certains pays arabes oubliant que les consequences tombent sur tout Murundi y compris les siens. Je soutiens donc l’idee de l’auteur. il est grand temps de chercher les moyens possibles pour sauvegarder nos droits, demain sera tard. Je trouve l’article complet et juste et merite une large diffusion.

    • @GF
      Encore une fois tu ne peux pas me convaincre que la guerre armee contre NKURU et le CNDD-FDD est la meilleure solution pour faire asseoir la democratie au Burundi pour des raisons suivantes :

      1. Engager une rebellion armee contre ton propre pays est tout d’ abord immoral parceque on ne resoud aucin probleme en creant d’ autres : admettons que le regime actuel emprisonne, torture et tue les innocents civils opposants, est-ce que commettre des atrocites pour punir et le deloger ce pouvoir est une meilleure solution ? Est-ce que tu t’ imagines combien de milliers de civils (plus que 100 ou 1000 fois les 70 deja tues ) que cette rebellion va emporter ?????

      2. Meme si aucune personne ne devrait etre tuee en guise de reclamation de son droit d’ expression ou de s’ opposer au pouvoir en place, les 70 victimes deja enregistres n’ est pas un si grand nombre pour justifier une rebellion ou une guerre armee plus desastreuse que tu ne le penses !!! Te rappelles -tu des 300.000 morts des suites de la guerre civile 1993-2004 ???? Pensez aussi aux milliers de victimes par jour en Syrie,Irak, Libye, Yemen, etc….!! Comparez a ceci, le cas du Burundi est tellemt insignifiant que cela puisse empecher le monde( la fameuse Communaute Internationale) a dormir ou a se preoccuper des autres cas plus chauds et serieux !!! Entendez-moi bien , je respecte tout etre humain et la vie sacree de tout un individu et je ne condomne pas ce qui se passe au Burundi, mais….

      3. Pour organiser une rebellion ou une guerre armee contre un pays, ca demande beaucoup de ressources humaines( combattants) , financieres et logistiques, strategiques dont les bases-arrieres , etc…. !!!! Est-ce que vous avez deja ces moyens ???????

      4. Pour organiser, gerer et rendre operationnelle une rebellion, ca demande des soutiens d’ autres Etats ou lobbystes , etc…Mais n’ oubliez pas que ces Etats ou Lobbysiste n’ agissent que par interests ou profits car « Sans interet, pas d’ action  » !!! A l’ heure actuelle, je ne pense pas qu’ il y ait un Etat qui soit interesse au petit et pauvre pays qu’ est le Burundi !!! Qu’est -ce que vous allez lui payer (Etats /lobbyiste) en retoure des sommes colossales qu’ ils vont avancer a cette rebellion et la rendre operationnelle ???? Le Nickel de MUSONGATI ne suffit vraiment pas comme garantie de paiement !!!!!!!!

      5. Cette Communaute Internationale qui devait intervenir n’ a pas de temps a perdre car il n’ y a vraiment rien au Burundi qui vaut la peine pour financer une rebellion. Meme au Rwanda , n’ eut- ete le coltan, l’ or , le diamant , le bois et autres richesses de la RD que les Anglo-Saxons (USA /UK) voulaient piller et pillent encore, il n’ y aurait eu jamais de rebellion RPA/RPF et la suite est connue !!!!

      Si ceux qui veulent organiser et engager cette guerre contre NKURU et son CNDD-FDD ont deja tout ce que j’ ai enumere ci-dessus et ont deja ce support , allez- y !!! passez a l’ attaque !!! Sinon, ce serait un suicide inutile et les dommages collateraux seront munumentaux !!!!!!

      Bonne reception

  8. People people! Will you please stop! Now is not the time for bickering; Now time has come to unite. Umutwe umwe ntiwigir’Inama and there is strength in Unity.
    I think this article is extremely well written and it lays down the reality of the moment, as it proposes a starting pointing towards finding a way out of the impass the Country seems to be locked in. Doing nothing produces frustratiion, bitterness and cynicism which lead to paralysis and despair. On the other hand; doing something or moving forward, engenders breakthroughs.
    « Give me liberty or give me death » seems to be the starting point from the article; and we can all agree that faced with the power of tyranny by and from the government of Nkurunziza; coupled with the sobering, disappointing and yet real abandonment by the African and the International Community; our liberty; the liberty for our children and the future of our Nation WILL NOT BE SERVED TO US ON A GOLDEN PLATTER!!! THERFORE WE CANNOT DEMAND IT WE MUST TAKE IT!

    The burden is, therefore upon all of us to unite and identify the most suitable ways to regain our liberty.
    Gig bless Burundi

  9. Voila ce que j’attendais depuis un bout de temps.
    Je suis pret a donner tout ce que j’ai pour que mon pays ne soit plus l’avant dernier des pays pauvres parceque des sans lois l’ont decide ainsi.

  10. Je vous soutiens à 200%. Au lieu de fuir le pays et attendre le miracle se produire. Agissons pour libérer le pays de ces monstres. Nous avons soif de la paix et du développement.

  11. Iyi nyandiko yawe mugabo ndabona ari iterabwoba !!! Cher ami, il est vrai qu’ on peut bien planifier et preparer la guerre , mais on n’ est jamais sur comment elle va se terminer !!!! La democratie s’ arrache, non pas par les armes, mais bien par d’ autres voies non-violentes !!! Souviens-toi de la victoire de Gandhi, de Martin Luther King Jr et de Nelson Mandela ????? La democratie qui s’ arrache au bout du canon n’est qu’ une pure chimere car, ceux que tu evinces par leas armes, un jour ou l’ autre, leurs enfants , petits enfants et arriere-petits enfants vont faire de meme !!!!! A supposer que par les armes , NKURUNZIZA et le CNDD-FDD sont renverses du pouvoir, vous croyez que la solution sera ainsi definitivement trouvee ??? Et si les survivants de cette guerre dont tu preconises , eux aussi, se rendent dans le maquis pour revenir en rebellion ??? Ce sera donc, un cycle infernal, et pour beaucoup de Burundais, ceci n’ est pas non plus une democratie !!! Ici, je ne decourage personne, mais il ne faut jamais agir sous l’ effet de la colere et de la deception . Il faut s’ asseoir, penser et repenser, murir et chercher d’ autres voies de solutions durables, sinon permanentes, pour le bien-etre de toute la population Burundaise et , surtout pas la guerre qui tue et detruit meme le tissu social de toute une Nation. !!!!

    • Bon argument, qui n’est cependant valide que dans un monde moralement decent. Or, #Nkurunziza a perdu toute forme de moralité, et s’est transformé en une version 21eme siecle de ces tueurs à sang froid qui croient profondément que les opposants sont des obstacles à éliminer (litéralement). Comme on ne peut pas négotier le pistolet sur la tête, la solution dont tu parles équivaudrait à ne rien faire et attendre le tour de son fils (à la Kim Il Sung), du petit fils, etc. ou pire (Bunyoni, Nyamitwe, etc.). Il vaut mieu vivre un jour comme un lion que 100 ans comme un mouton, disait Sankara, beacoup sont de cet avis!

    • Un fou n’a pas besoin de parole pour comprendre. Il lui faut le bâton ou une gifle. Pierre Nkurunziza n’entendra jamais les paroles qui le conseilles sinon tout le monde sait qu’il aurait déjà entendu (Ban Ki Moon, Zuma, Obama, KERRY,.., les églises)..tous l’ont conseillé. Tous les moyens sont bons pour l’arrêter. Ivyo akora n’ibara… Une police qui vient tirer la nuit dans les quartiers…sur une population qu’elle sensée protéger… Libérer le pays par les armes n’est pas la meilleure des solutions mais, hélàs, je crains qu’il n’y ait pas d’autres moyens… Il y aura des morts mais c’est moins grave que le laisser entre les mains de cet inconscient qui pense qu’il peut faire tout ce qu’il veut comme les rois de l’antiquité et gouverner un pays totalement coupés des autres (Union Africaine, EAC, EU, USA,…) alors que près de 60% du budget national vient des aident extérieurs, que reste du budget (40% provenant des recettes) ne viennent même pas quand on sait que l’OBR perd près de 20 milliards par mois (elle gagnait, dans les conditions normales entre 46 et 54 milliards par mois… sois plus de 40% de perte), que les investisseurs fuient, que le commerce ne marche plus, les projets d’aide unilatéraux quittent un à un (la banque mondiale qui intervenait dans le secteur de la santé pour le remboursement dans le cadre de la gratuité des soins des mères et des enfants, la prise en charge de la malnutrition à travers le PBF… la banque mondiale est délocalisée à Nairobi, la FMI est parti à Kigali… )…. Si par malheur, il y a embargo, le burundi n’a pas accès à la mer… le commerce va encore couler… le carburant,… l’OBR… et les prix vont grimper alors que l’argent n’entre pas…le pays deviendra invivable… les enfants mal-nourris vont mourir, les médicamments vont manquer et il pourrait y avoir plus de décès que ceux qui seraient emporté par la guerre et tout cas sans éviter la guerre, les assassinats de ses escadrons de la mort …..

    • vous avez bien dit. C’est sage votre message. La solution est difficile à trouver. Quand on est pas sur place on peut planifier tout ce qu’on veut mais la realité est autre surtout pour nos frères les barundais qui subissent tout : la faim, la peur, surtout la peur, ne pas savoir si demain on se reveille vivant ou non. La democratie dans les pays africains est trop loin. Mais il faut esperer que Dieu va nous aider à trouver une solution. Ces gens là sans cerveau ,( quand on n’en a pas on ne peut pas reflechir) doivent partir mais comment????????????????????

    • Haruwakubwiyeko turondera CNDD FDD. ?????? Non. Hasenyurwa pita n akargwi kiwe. Par ,en majorite les ex FDD. Turaremesheje abarundi ko ata ndwi urugamba ruzomara. Mwigumye.

  12. c’est bon a entendre de l’exterieur du pays mais vs inquiete,la capitale est pour nous deja malheur aux nyakamenge qui nous tirent decu et nous lancent des grenades via leur mbonerakure qu’il reste uuh…3jrs a ajir et a fuire, la plupart etant connus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s