NZABAMPEMA Aloys, chef des IMBONERAKURE au Congo kidnappe des defenseurs des droits de l’homme

Situation alarmante sur nos trois DDH Kidnappé et détenus par le Col AROYIZE ZABAMBEMA d’IMBONERA KURE à KIBIRIZI

NzabampemaChers(e) Collègues Défenseurs de Droits de l’Homme, Bonjours

Nous avons la grande douleur de porter à votre connaissance l’enlèvement  et la détention de nos 03 collègues DDH appartenant à notre organisation  Femmes Actives pour la Promotion et la Défense de Droits  Humain au Congo,  FAPDDH – Congo asbl basé  à KIBIRIZI dans la plaine de la Ruzizi  au bord de la Rivière Ruzizi à la frontière avec le Burundi.

Aujourd’hui, vers 10 heures, nos 03 collègues dont :
–       FURAHA Nastazia
–       MIGANI Vera
–       KATEBERA KABIKE

Revenaient d’une mission de service de 4 jours  sur les enquêtes en rapport avec la disparition des jeunes de moins de 18 ans de  la communauté des Bafuliru  enrôlés par force au sein des groupes  armés et des insurgés  Burundais connus  sous le nom d’IMBONERA KURE  dans les villages  de NGENDO I et II,RUHURU, KIMUKA, RWENENA et NAMOMA ; arrivé dans le village de NGENDO II , nos collègues  sont tombés dans l’embuscade des éléments  appartenant au groupe des insurgés d’IMBONERAKURE. Ces derniers après avoir soumis nos collègues à un petit  interrogatoire en présence des motards qui les transportaient , ils ont fouillés dans leurs cartables et y ont trouvés des fiches d’enquêtes contenant les informations sur le recrutement et l’utilisation des enfants dans ces groupes armés  d’IMBONERA KURE et d’autres cas des violations des droits humains commis à l’égard de la communauté.  C’est ainsi que leur chef de groupe  a décidé de libérer les motards qui les transportaient  et d’acheminer nos collègues vers un endroit  que nous ne connaissons pas jusque maintenant.

Toute fois, ces insurgés  ont remis aux motards leur numéro de contact que voici : +243 99 1033 466. A notre niveau, après avoir reçu ces informations auprès des motards vers 15 heures, nous avons appelé à ce numéro, un monsieur  a décroché et  s’est  présenté  au Nom de Colonel AROYIZE ZABAMBEMA. Il n’exige rien mais il menace de les  tuer.  Et pour cause, nos collègues sont accusés par ce dernier :
–       De détenir les documents contenant des informations sur les effectifs des enfants recrutés par force dans ces groupes armés, les types des travaux auxquels ces enfants  sont soumis quotidiennement et ainsi que les traces et les causes de leur disparition.
–       De détenir les documents contenants  des informations sur  les viols massifs commis par ces insurgés  d’IMBONERA KURA dans les villages de NGENDO I et II,RUHURU, KIMUKA, RWENENA et NAMOMA  pour la période du 8 Juin au 31 Septembre 2014, des tueries , des enlèvements ciblés , des vols de bétails …
–       De récolter toutes ces informations avec l’intention d’approfondir les investigations et de les publier dans leurs rapports.
–       D’être à la base des multiples dénonciations et publications des plusieurs cas de violation des droits humains commis dans ces milieux leur mettant en cause

Pour une petit histoire, ces jeunes de moins de 18 ans ont été recrutés par  force par les éléments  Mai-Mai  du Colonel OBEDI,
connus sous le surnom de BEDE depuis le début de l’année 2013 avant les massacres  de Mutarule d’Aout 2013.

Le recrutement de ces jeunes enfants se faisait par les Mai – Mai du Colonel OBEDI au service  des insurgés Burundais d’IMBONERA KURE car ce Colonel et ses éléments  bénéficiaient de l’appui  logistique et financier du Gouvernement Burundais.
En Décembre 2013, nous avons publié  dans notre rapport annuel des informations sur les recrutements forcés de ces jeunes  enfants dans lequel nous avons  dénoncé la collaboration entre les Mai – Mai du colonel OBEDI  de la communauté de Bafuliru et les insurgés d’IMBONERAKURE.  La publication de ce rapport nous a mis en difficulté avec les chefs de cette coalition mais il n’y a pas d’arrestation.

A la fin du Mois de Mars 2014 , nous avons dénoncé et publié un rapport sur le renforcement des effectifs des insurgé IMBONERA KURE dans leurs centres d’entrainement basés dans les moyens plateaux précisément à MUBERE  à l’est du village de MULENGE.

En juillet 2014, nous avons  publié un rapport sur les  massacres de Mutarule et beaucoup d’autres cas de violations des droits de l’homme qui s’en sont suivis.

Et maintenant nous avons dépêché ces 03 DDH sur terrain afin de récolter les informations en rapport avec la disparition de ces jeunes enfants recruté et utilisé par les IMBONERA KURE  dans les villages précités , ainsi que d’autres abus commis par ces insurgés pendant la période de  juillet à Septembre 2014 avec l’intention de produire un rapport et le publier. Malheureusement nos collègues sont tombés  dans cette embuscade  et jusque maintenant nous ne savons pas dans quel coin ils sont.

Voilà pourquoi, nous sollicitons l’implication de TOUS et de CHACUN afin de nous aider à retrouver  nos 03 collègues.

FAPDDH – Congo asbl

Chanceline NGEMA KULERA

Coordinatrice de l’Organisation

Une réflexion sur “NZABAMPEMA Aloys, chef des IMBONERAKURE au Congo kidnappe des defenseurs des droits de l’homme

  1. Nous sommes curieusement très touchés de bavures faites par les hommes en uniformes militaires Burundais communément appelé les jeunes IMBONERAKURE en RDC/Plaine de la Ruzizi.

    Comme la politique actuelle n’accepte jamais l’existence de ses IMBONERAKURE en RDC et voila qu’il est mainte fois que d’autres bavures s’aggravent à l’intérieur du BURUNDI suite à l’impunité et la non indépendance de la magistrature risque de traquer le pays dans un autre jungle de crise sociopolitique et économique.

    Nous avions tenu un débat/reportage en direct, ce samedi 4/10/2014 à l’hôtel GRAND LAC communément appelé kwa Munyarwanda d’où les représentants des jeunes de partis politiques opérationnels au BURUNDI ont été invités par le Média « Radio sans frontière BONESHA FM » fut une occasion de changer sur le comportement et d’autres bavures commises par les jeunes affiliés au parti au pouvoir CNDD-FDD et si même de conseils ont été offerts aux invités, lui VITAL représentant provincial des imbonerakuré en province de Cibitoke n’acceptent qu’il y ait des bavures ni harcèlement contre d’autres partis d’oppositions vis-à-vis de certaines Organisations de la société civile parfois menacées, emprisonnées, tentative de mort et parfois de mort ou exilé; c’est toute une grande histoire pour un pays démocratiquement reconnu au niveau national qu’international.

    Et si ça continu ainsi, il y a risque que la commission vérité et réconciliation « CVR » et les élections nationales indépendantes au Burundi risque d’en avoir les jours, souvenez-vous des cadavres ligotés et jetés dans la RUVUBU (1er mandat du Président Pierre NKURUNZIZA+ massacre de Gatumba et d’autres morts volontaires sont à la cause de naissance de ses hommes mains armés en RDC).

    Voici dans le lac RWERU, ce qui s’y passe!
    souvenez-vous dans son discours le président Pierre Nkurunziza venait de comparait ses collègues d’opposition et des OSC Burundais à de chiens pré-squelettiques communément appelé twa MUJERI.

    Merci de partager l’information donc la plaine de la RUZIZI devient un terrain isolé et très risquant aux agents de MONUSCO mais cette fois-ci se sont déterminés pour répondre à l’affaire Pierre Claver MBONIMPA et ses trois agents de FAPDDH-Congo asbl doivent être relaxés et se rendre au bercail

    Yves RUGONDERA (Représentant Légal de Association de Lutte Contre les Violences Sexuelles « ALUCOVIS » et Coordonnateur de FORSC en province de Cibitoke

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s