Aux vraies allures d’une guerre !

10262197_1410068472603920_2999703969950967216_n(http://www.rpa.bi, mercredi 7 mai 2014) Des informations plus que détaillées confirment la présence des jeunes Imbonerakure sur le sol congolais pour y faire des entrainements paramilitaires. Auprès des sources sûres et proches de ces groupes de jeunes, la rédaction de la Radio Publique Africaine est parvenue à connaitre la provenance ainsi que l’origine des fonds que ces jeunes utilisent pour ces entrainements.

Selon les informations recueillies par la Radio Publique Africaine, les jeunes burundais ont été envoyés dans la localité de Kiliba-Ondes pour y suivre des entrainements paramilitaires depuis novembre 2013. Le 1e groupe était composé de 46 jeunes et s’identifiait comme étant la 1ère compagnie, un terme généralement utilisé dans l’armée. Les mêmes sources indiquent que d’autres groupes de jeunes ont été envoyés en République Démocratique du Congo entre décembre 2013 et avril 2014. Ces jeunes sont originaires des provinces Muyinga, Kirundo, Kayanza, Cibitoke et Bubanza dans les communes Rugazi et Mpanda. D’autres sont des ressortissants de la commune Mutimbuzi, province Bujumbura et des quartiers du nord de la capitale.

Nos sources précisent également qu’un autre groupe a été embarqué depuis Makamba. Ces jeunes en provenance de Makamba ont obtenu des grades une fois arrivés en RDC parce qu’ils avaient déjà suivi des entrainements paramilitaires à Kagina, une localité située à la frontière de Makamba et de la Tanzanie. En se rendant à Kagina, ces jeunes disaient à leurs proches qu’ils allaient travailler dans des champs de tabac en Tanzanie pour gagner de l’argent. L’entrainement de ces jeunes était assuré par un policier basé à Rumonge.

Les mêmes sources révèlent également que 5 compagnies au total ont déjà suivi des entrainements paramilitaires à Kiliba-Ondes, chaque compagnie étant composée de 78 jeunes. Ces compagnies sont faites essentiellement d’anciens combattants aujourd’hui démobilisés, de jeunes de la ligue Imbonerakure du CNDD-FDD et d’anciens combattants FNL communément appelés Ibisekenkanya. Les jeunes de la 1ère compagnie à être arrivés en RDC auraient reçu chacun100 mille francs par mois. « Ceux qui ont suivi recevaient entre 120 et 140 mille francs chacun par mois », poursuivent nos sources. Et les plus anciens recevraient actuellement entre 130 et 170 milles francs chacun et par mois.

Un officier de l’armée burundaise entrainerait ces jeunes

Ceux qui ont pu discuter avec ces jeunes entrainés à l’Est du Congo, rapportent que c’est un officier de l’armée qui dirige les opérations en RDC. Parmi les adjoints dans ces opérations se trouveraient des hauts gradés de la police et du Service National des Renseignements qui procurent à ces jeunes les tenues, les armes ainsi que les salaires. Ces jeunes auraient également droit à des congés comme c’est le cas dans l’armée. Et lorsqu’ils doivent se rendre chez eux, leur transport serait assuré par le nommé KAZUNGU, un agent du Service National des Renseignements. Le même KAZUNGU assurerait la fonction de S3 lors de ces entrainements en RDC, en terme militaire S3 désigne le chargé des opérations.

Les sources de la RPA ajoutent que lors des embuscades survenues dernièrement au secteur 7 de Kiliba-Ondes, 37 jeunes auraient été tués sur le coup, 20 autres auraient été blessés. Parmi les morts, 9 étaient originaires de la commune Mpanda, précisent ces sources. Cette même commune compterait 27 jeunes qui se sont rendus à Kiliba-Ondes. Un des jeunes blessé aurait par ailleurs été évacué à l’hôpital de Mpanda, il serait originaire de la commune Gisozi à Mwaro. Depuis cette embuscade, tous les jeunes qui avaient été renvoyés en repos, ont été rappelés en RDC, ajoutent les mêmes sources.

Et par rapport à cette information, Le président de l’APRODH, Pierre Claver MBONIMPA a été convoqué ce matin au commissariat de la Police Judiciaire en commune Bwiza. Il est sous interrogatoire depuis 10h10’ au bureau du commissaire adjoint de la recherche criminelle. « P. Claver MBONIMPA a été appelé pour s’expliquer sur ses récentes révélations confirmant le départ des jeunes burundais dans les formations militaires en RDC », estiment les délégués de la société civile, qui l’ont accompagné au commissariat.

Par Diane Hakizimana

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s