Le « cerveau du carnage » de Gatumba tué dans une attaque rebelle

(04.03.2014, http://www.iwacu-burundi.org) L’assaut donné ce dimanche 2 mars 2014 vers 18 heures avec une quarantaine d’hommes contre la position militaire de Vugizo dans la réserve naturelle de la Rukoko, a été fatal pour Innocent Ngendakuriyo alias Nzarabu. Deux de ses complices ont été également tués. 

Le corps d'Innocent Ngendakuriyo alias Nzarabu  ©Iwacu

Le corps d’Innocent Ngendakuriyo alias Nzarabu ©Iwacu

Le porte-parole de l’armée burundaise le Colonel Gaspard Baratuza le confirme. Selon lui, Nzarabu, condamné à perpétuité dans l’affaire du massacre de Gatumba qui fait 38 morts dans la nuit du 18 septembre 2011 a trouvé la mort dans cette attaque ainsi que ’’deux autres aventuriers’’. Il y a eu deux blessés légers du côté de l’armée.
Mais des sources proches du chef rebelle Nzabampema opérant depuis l’est de la République démocratique du Congo, parlent de 7 militaires et de 3 rebelles tués dont Nzarabu. Il était en cavale depuis le mois de janvier 2013 après son exfiltration de la prison de Rumonge par des agents du Service national de renseignements, un acte dénoncé par l’Aprodh (Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues).

Il y avait du monde ce matin à Vugizo autour de cette position militaire attaquée. A côté des habitants de cette localité, de quelques rescapés du carnage de Gatumba et des militaires qui ont pris part à cette opération. Il y avait également Désiré Uwamahoro ex-commandant du GMIR (Groupement mobile d’intervention rapide) et Kazungu du SNR (Service national des renseignements) que Nzarabu a toujours cité dans l’affaire du massacre de Gatumba.

Tous ces gens étaient tous venus voir de leurs propres yeux la dépouille d’Innocent Ngendakuriyo, un natif de cette localité et se rassurer que c’était bien lui. Tous ces gens s’arrêtaient aussi pendant un bon bout de temps devant la dépouille du ’’Major Zigiza’’. C’est un sobriquet collé à cet officier déserteur de l’armée burundaise. « C’est le Major Richard Ntahombaye du camp Gatumba, il était réputé pour sa brutalité avant de prendre le large avec une mitrailleuse en 2011 pour rejoindre un groupe rebelle à l’est de la RD Congo», chuchote un ancien frère d’armes.

C’est lui !

« Ni we nyene ! (C’est lui) », lançait chaque curieux devant le corps inerte de Nzarabu, reconnaissable par ses dents de bonheur. Selon des informations recueillies sur place, les membres de sa famille dont sa femme et sa sœur sont venus près de cette position militaire ce lundi matin pour vérifier qu’il s’agissait du corps d’Innocent Ngendakuriyo. Ils sont repartis en pleurant. La sœur de Nzarabu a même essayé de couvrir d’un pagne le corps inerte de son frère mais les militaires l’en ont empêché, lui intimant l’ordre de rentrer.

Des sources sur place affirment que cette attaque a été lancée avant même la tombée de la nuit. « Ces rebelles étaient autour de quarante. Ils portaient tous des uniformes flambant neufs, ils sont venus de Kiliba à l’est de la RDC, ils ont franchi la rivière Mugubuko et traversé gaillardement le village de Vugizo », affirme Omer Nsengumuremyi, chef de colline de cette localité.
Selon l’administratif, tout le monde croyait qu’il s’agissait de vrais militaires, mêmes les soldats de la position attaquée ont failli se faire avoir : « C’est par un coup de sifflet et des chants religieux que ces assaillants ont donné l’assaut», affirme le chef de colline Vugizo.
Les crépitements d’armes automatiques ponctués d’explosions de grenade ont duré une trentaine de minutes.

Abbas Mbazumutima 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s