L’État burundais est-il locataire par intérêt pour ses amis ?

(28.01.2014, http://www.rnw.nl/afrique) Au Burundi, le président habite dans un palais appartenant à un de ses prédécesseurs. Et les immeubles qui abritent la plupart des institutions publiques ont pour propriétaires des particuliers souvent proches du pouvoir.

L’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome) dénonce cette pratique et appelle l’administration burundaise à se doter de ses propres locaux.

Parmi les grandes institutions dont parle le président de l’Observatoire, Gabriel Rufyiri, figure en premier lieu la présidence de la République, qui occupe l’immeuble de l’Institut national de sécurité sociale (INSS). « Même si cet institut est un service de l’État, soutient Gabriel Rufyiri, le bâtiment n’est pas un patrimoine propre à la présidence. Des fonctionnaires de l’État se sont rassemblés pour cotiser et préparer leur avenir à travers l’INSS, d’où l’immeuble appartient normalement aux citoyens. » Il ajoute que même le palais présidentiel est locataire des bâtiments de l’ancien président burundais Michel Micombero.

Le conflit d’intérêts prend le devant
Certains ministères sont aussi logés dans des bâtiments loués. C’est le cas du ministère ayant en charge la communication et les relations avec le Parlement, celui de l’agriculture et de l’élevage (en photo ci-dessus), celui de l’intégration du Burundi au sein de l’Afrique de l’Est, pour ne citer que ceux-là. Le président de l’Olucome estime à 80 % les services de l’État opérant dans des bâtiments dont ils ne sont pas propriétaires. Gabriel Rufyiri estime qu’avec cela, « le conflit d’intérêts prend le devant ».

En effet, ces immeubles appartiennent essentiellement aux grands dignitaires et à des décideurs de la République. Les services de l’Office burundais des recettes (OBR) opèrent dans l’immeuble de l’ancien premier vice-président de la République, Térence Sinunguruza, récemment destitué de cette fonction. Curieusement, le gouvernement ne se presse pas pour réceptionner le nouvel immeuble du ministère des Finances, qui devrait abriter aussi l’OBR, et dont la construction a été achevée il y a environ un an.

Et tout ça, à quel prix ?

Le Service national de renseignements (SNR) loue également le bâtiment d’un particulier, dévoile également le numéro un de l’Observatoire. Un hangar loué par le Fonds national d’investissement communal (FONIC) appartient à un ancien procureur général de la République « qui vient d’adhérer au parti présidentiel. » Et à quel prix ? « Au moins dix-huit millions de francs burundais chaque mois », affirme Gabriel Rufyiri. « La liste est longue, dit-il, précisant que cela coûte annuellement à l’État vingt milliards de francs burundais, dont huit milliards destinés aux locations pour les ambassades du Burundi à l’étranger. » Et Gabriel Rufyiri de préciser que d’une année à l’autre, le budget annuel alloué à la rubrique « locations » va toujours croissant.

Les propriétés de l’État sont vides ou vendues
Paradoxalement, certains immeubles de l’État ne sont pas occupés, d’autres ont été vendus. Le président de l’Olucome en donne quelques exemples : l’ancienne villa du gouverneur à Kayanza, dans le nord du Burundi, a été vendue en 2005 au président de la République d’alors, Domitien Ndayizeye. Au cours de la même année, une résidence de l’ambassadeur, propriété du Burundi en France, a été vendue à un particulier.

La villa du maire de Bujumbura a, elle aussi, été vendue à un privé. M. Rufyiri regrette que les intérêts des individus soient mis en avant au détriment de l’intérêt général de la Nation. « Chaque fois que le gouvernement avance un programme de construction de ses propres locaux, martèle-t-il, le projet est étouffé dans l’œuf. »

Le président de l’Olucome plaide pour que l’État du Burundi se dote de ses propres locaux. S’il réussissait ce pari, « non seulement il gagnerait en transparence sur le plan diplomatique, mais il y aurait tout simplement plus de fonds dans les caisses de l’État. »

Léonce Bitariho

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s