La veuve, Joséphine Nzeyimana, a besoin de toi !

Bamvuga 002(le 11.12.2013, https://burundi24.wordpress.com) Les jours et mois à venir verront une large mobilisation pour la libération de Frédéric Bamvunginyumvira. Les medias parleront de lui. Ses collègues au sein du leadership de l’ADC Ikibiri ne lâcheront pas jusqu’au jour de sa libération. A l’instar des journalistes pour Hassan Ruvakuki, les membres et sympathisants de l’ADC Ikibiri pourront manifester pacifiquement chaque jeudi jusqu’à ce que Bamvuginyumvira retrouve ses droits lui retirés le plus injustement et le plus arbitrairement du monde.

Les chancelleries africaines, européennes, et la représentation onusienne à Bujumbura pèseront lourdement sur le régime Nkurunziza pour que la raison reprenne les rails. En fin de compte, pour sauver la face du gouvernement, Bamvuginyumvira sera injustement condamné à une peine minimale, puis libéré. Géré intelligemment, cet épisode noir pourrait même propulser Bamvuginyumvira à la tête de la liste des favoris pour 2015.

Mais qu’en est-il de Madame Joséphine Nzeyimana  qui vient de subir la plus grande humiliation qu’une femme burundaise pourrait jamais subir. Cette veuve, qui a une famille à éduquer, à donner l’indero runtu, vient d’être ôtée du dernier centigramme de dignité dans une déclaration diffusée sur l’étendue du territoire national et relayée universellement dans ce monde en éternelle contraction, merci les réseaux sociaux.

Joséphine pourrait se remettre des séquelles physiques après quatre jours de détention dans un «chenil»; mais elle se remettra très difficilement, si jamais, des séquelles psychologiques lui causées par un système qui semble ne pas comprendre la moindre signification des deux termes « droits humains ». «N’umusazi arubaha nyina », dit-on, mais il parait qu’il y a des gens qui ne s’arrêteront devant aucun obstacle, soit-il social, normatif, ou légal dans leur désir de conserver un pouvoir en pleine pourriture.

Imaginez que Joséphine Nzeyimana était ta mère. Que pendant quatre jours,  ta maman était traitée de tous les qualificatifs les plus dénigrants de ce monde pour se retrouvée couronnée d’umusambanyi sur la télévision nationale. Et tout cela injustement. Sadiquement. Cyniquement. Quelle cruauté, mon Dieu!

L’Ubuntu — la dignité —  est la monnaie que nous gardons jalousement dans la culture burundaise. Aujourd’hui, Joséphine a besoin de toi pour qu’elle retrouve sa dignité. Ensemble, œuvrons à ce que Joséphine soit réintégrée publiquement et officiellement dans sa qualité d’Umupfasoni, d’une maman pleine de sagesse et d’Ubuntu.

Même si « Atawuribwa n’inzoka ngo yitware kw’isato », Joséphine pourrait – et il faut l’encourager – porter plainte contre les services de l’Etat qui l’ont injustement et publiquement humiliée. Mais, même si elle gagnait gain de cause dans cette plainte, le dédommagement symbolique n’effacera pas le premier centième de l’humiliation nationale et internationale dont elle est victime.

S’il n’y a jamais eu une raison de manifester pour une cause au Burundi, en voici une. Des marches manifestations pacifiques devraient être organisées sur l’étendue du territoire national pour enclencher un processus de soutien moral et psychologique de madame Joséphine Nzeyimana. Naturellement, on s’attendrait à ce que nos sœurs et nos mamans soient des leaders de ce mouvement, mais la dignité violement et vicieusement arrachée à madame Joséphine n’a pas de genre– elle est tout simplement humaine.

Nous tous, hommes, femmes, jeunes, moins-jeunes, citadins, villageois, chrétiens, musulmans, du nord au sud, de l’est à l’ouest, au bercail et dans la diaspora avons le pouvoir thérapeutique de cicatriser les séquelles de Joséphine et de dire halte à un système qui regorgent des montres dont la future proie pourrait être toi.

Mobilisons-nous pour Joséphine.

Thierry UWAMAHORO

11 réflexions sur “La veuve, Joséphine Nzeyimana, a besoin de toi !

  1. NGO IYABA IMBWA BAZIHORA GUKUGA BOZIMAZE ZOSE.ICO CAHA C’UBUSAMBANYI NI BANGAHE BATAGIKORA MU BATEGETSI KO BOSE BAFISE TWA MUTOYI?TURUTWA N’ABAHERERZI BABO.NI BAMWAGIRIZE IBINDI NA YO IVYO TWOVUGA NKA YESU YAVUZE NGO UWUDAKORA ICAHA ATERE IBUYE WA MUGORE YAFASHWE ASAMBANA.

  2. ndatabaje amakungu azafashe,sinkigira ayocira nayomira.,ndatuntuye mumutima namabi abishe nakorewe.
    ukovyagenze ndumwigemwe wimyaka 24ans.
    narikondataha muhira gufungura ,duhura numuntu arimumuduga antangimbere.arambaza wamwa uruwokwande?naje nti;ubimbaza nkande?nawe ati;urazi uwondinde?najenti ntibikewe kondakumenya.nawati.hitamwo kubura abiwanyu bose,canke wemere witange wewe nyene.cafata mobile yanje.ngire mpamagare abimuhira,ahita anyaka phone yanje.yanyurije umuduga .acamboha minote,acafunga igitambara kumunwa,nokumaso.iyoyanjanye niwe ahazi,dushitse avayo.uwatwugururiye ahohantu ,yaciye amutuma muri alimentation.turinjir .aranterura ashira kugitanda ,arambohora kumunwa.ati ngire ndakubaze iryanyuma,urubatse?oya ,nivuba.impa numero zumugabo wawe.ntibikewe.nawati;urazi uwondi?oya,ndi adolphe documentation.uhorumwumva?niwe wakoreye ikibi umu tante waje ,umugira nkuku ungize,ukamwanduza umugerufise,ugatako ugakorera ikibi umugabo wiwe mukumuha mission yiburaya.ukamu blokera compte yiwe,mukumuhezayo ntaronke ahaca.umu tante akuzurana intuntu mumutima,none ugire unyicire ubuzima?umu tante wanje wamubwie umugabo wawe azoronka abana biwe aruko abanje kuza.nawati,ibintu utazi iyovyavuye ububireka.kuri adolphe kuriwewe wishimanyiki?nawati,iconishimante ugire ukibone.asubira kumboha kumunwa acaranyonona.candasamindayiwe,niconaciye nkora haciyimisi candayikoroza,muhira bataz nakimwe.vyagiye kumenya uwodukundanye ndamu tendiko ndira.yaciwe abumusazi mumutwe.ndasubiye gusabutungane buntunganirize,ntawongishaka kubona numuntu numwe,nishishe.

  3. Le chef de famille adultere est une honte dans la tradition burundaise. Ca fait trop traumatisant et surtout les enfants. Comment reparer ces traumatismes? Une marche manifestation est meilleure solution. Et les enfants seront soutenus.

  4. Une tres bonne initiative. Ces gens du pouvoir ne respecte rien. Ils se ridiculisent avec des montages grossiers que meme une personne qui n a fait que l ecole primaire pourrait demanteler.
    Que voulez vous c est ca leur niveau.
    Avec vous remarque que chaque fois que P.N. s absente du pays il laisse des instructions a ses valets pour executer des montages minables?
    Voila ou nous amene les gens qui ont des etudes de SAKAYONSA. C etait son epoque.

  5. Nous devons non seulement soutenir cette maman et cet homme qui ont subi des humiliations atroces, sans nom, mais aussi, manifester notre mécontentement contre leurs bourreaux.

    • La manifestation pacifique est la seule voie qui reste pour obliger le gouvernement du Burundi à libérer Hon Bamvuginyumvira et de contraindre ce meme gouvernement à l’amandement de la constitution

  6. Frédéric BAMVUGINYUMVIRA est prostitué dès son jeune âge. La preuve en est qu’il a un enfant de l’extérieur du foyer. il a été surpris dans un hôtel avec une femme autre que la sienne. Tout le monde pourrait penser au motif d’être dans un hôtel. Les images vidéo, les éléments sonore sont déjà tombées aux mains des journalistes. J’interpelle toux ceux qui veulent sauver la dignité de Bamvuga de cesser de monter au créneaux arguant qu’il n’a pas été pris les mains dans le sac. Plus on ramène la question à la scène, plus on terni l’image de Bamvuga. Bien sur qu’il n’est pas le seul à commettre de tels actes mains le voleur est celui qui est découvert.

  7. Femme humilée, traumatisée et stigmatisée par les autorités policières et judiciaires ‘c’est de la honte pour nos autorités, quelles genre d’éducation qu’on est entrain de donner à nos enfants, franchement un magistrat qui a fait quatre ans d’universités , je pense qu’il fait cette formation si non il serait indigne et inacceptable de travailler à la cour supreme, s’il a vraiment des enfants pourra-t-il accepte de lire ce communiqué à la presse et au média?
    Je conseillerai de noter le nom de ce magistrat qui a lu ce communiqué dans un agenda et espérons qu’un jour les choses vont changer,et on traitera son cas , c’est trés déplorable et d’ailleur c’est contre la déonthologie professionnele des magistrast de livrer au public les élements du dossier pendant la phase préjuridictionnelle
    Dorenavant, ce magistra mérite une sanction disciplinaire pour avoir livrer au public les élements du dossier pendant en justice
    Qui plus est, il ne mérite meme pas de travailler dans les hautes juridictions , car il a déjà affiché son immoraite, il est sans integrité , purement et simplemen, il est totalement indigne et sa personnalité est entaché de vices.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s