Une ADC-Ikibiri sans Rwasa ?

(02-12-2013, http://www.iwacu-burundi.org) Même si l’ADC-Ikibiri réclame le dialogue avec le gouvernement, en présentant un front commun, il semble que la coalition a des fissures qui risquent d’avoir de graves conséquences.

Agathon Rwasa saluant le président en exercice de l'ADC-Kibiri ©Iwacu

Agathon Rwasa saluant le président en exercice de l’ADC-Kibiri ©Iwacu

« Nous donnons au gouvernement 14 jours pour ouvrir des discussions autour de la question de la modification de la constitution, sinon nous allons descendre dans la rue et y élire domicile » a déclaré Alexis Sinduhije. Au nom des présidents ou secrétaire généraux des huit partis présents aux cérémonies officielles.

Il s’agit d’une réunion organisée le 24 novembre dernier au siège du parti MSD à Bujumbura, les partis membres de cette alliance ont signé deux documents phares : «L’acte d’engagement aux échéances électorales de 2015 » et « La charte commune de gouvernance ».
Ils annoncent que l’ADC-Ikibiri présentera un candidat unique aux présidentielles de 2015 et des listes communes. Les huit partis de la coalition révèlent que leur stratégie d’aller aux élections en rangs serrés s’explique par « la nécessité de conjuguer les forces pour opérer un changement à travers les élections ». Il s’agit de : le FRODEBU, le MSD, l’UPD-zigamibanga de Chauvineau Mugwengezo, l’ADR-Imvugakuri, le PIT, le PARENA, le CNDD et FEDS-Sangira.

Le ministre de l’Intérieur a réagi en précisant que l’administration prendra les mesures qui s’imposent le moment venu. Pour lui, un tel comportement s’écarte de la dynamique de dialogue mise en avant par le gouvernement : « C’est un projet de quelques uns des leaders regroupés au sein de l’alliance. »

Les griefs de Rwasa contre l’ADC-Ikibiri

En condamnant ce qu’il qualifie de coups bas, le leader historique des FNL refuse de se soumettre aux ordres et injonctions de ses pairs dans la coalition. Il rappelle qu’il est partenaire et qu’il doit être associé. Selon lui, les spéculations des uns et des autres ne peuvent que fragiliser la coalition au risque de l’éclater avant même les élections.
« La coalition doit profiter à la majorité et non à la minorité », martèle Agathon Rwasa, se réclamant président du parti FNL. D’après lui, il faut agir dans la transparence pour ne pas mettre devant un fait accompli certains.

Il estime que le positionnement, les calculs mesquins, l’insouciance, le dénigrement, etc. caractérisent certains membres de cette coalition.
Alors que Léonce Ngendakumana pour expliquer pourquoi le camp Agathon Rwasa n’a pas signé la charte commune, il avance que ce dernier s’imprègne des textes revus pendant les trois ans de son absence, M. Rwasa fustige : « Des documents m’ont été remis, il y a trois semaines. Personne n’est jusque-là venu me voir pour qu’on échange là-dessus. »
Par principe, raisonne-t-il, un candidat unique s’impose dans une coalition. Seulement, Agathon Rwasa voudrait bien savoir la formule utilisée par les partis membres de l’ADC pour confectionner les listes des députés, des sénateurs, des conseillers communaux, etc.

Que des manquements …

Selon Agathon Rwasa, il y a un hic derrière cette manière de travailler de l’ADC. Il énumère toute une série de manquements.
Fin mai 2011, des leaders de l’ADC partent en Suisse à son insu, et en profitent pour renouveler le mandat des organes de la coalition, en catimini.
Octobre-novembre 2012. Le gouvernement revoit la composition de la CENI. Il est demandé à l’ADC de proposer des noms, et Léonce Ngendakumana brandit deux noms, tous du Frodebu, dont il est le président. Toutefois, M. Rwasa déclare qu’il aurait également proposé un candidat de son parti, et laissé la chance aux neuf autres partis de l’Ikibiri.

Août dernier, un certain mardi ou mercredi, essaie Agathon Rwasa de se souvenir. Chauvineau Mugwengezo (UPD), Léonce Ngendakumana (Frodebu), Gervais Ndikuriyo (FDS) et Alexis Sinduhije (MSD) sont venus le voir : « Nous avons discuté un moment et dans les divers, ils ont lancé l’idée d’organiser un dîner qui serait un coup d’éclat médiatique sans toutefois entrer dans les détails. »
M. Rwasa adhère à cette idée puisqu’apparemment toute l’équipe en avait discuté avant de venir vers lui. Toutefois, il fait savoir que le week-end, il avait des engagements dans sa province natale. Sa paroisse Kiremba jubilait : « Pratiquement, ce n’était pas possible que je me présente avec tous les préparatifs du voyage. » Dimanche, explique-t-il, au retour, il a des contretemps en cours de route.

 

Agathon Rwasa : « Au lieu de perdre mon temps aux activités de l’ADC, je le consacrerai à la réunification de mon parti » ©Iwacu

Agathon Rwasa : « Au lieu de perdre mon temps aux activités de l’ADC, je le consacrerai à la réunification de mon parti » ©Iwacu

Une insouciance flagrante

Bien plus, le dîner est organisé en dehors du centre ville Bujumbura, côté route Gatumba. Pourtant, Agathon Rwasa fait savoir que compte tenu de ses limites sécuritaires, tout le monde à l’ADC semble s’en méfier. Agathon Rwasa désigne alors Aimé Magera, son porte-parole, pour le représenter. Mais il fut mal accueilli et des remous s’en suivent : « S’acharner contre mon porte-parole, c’est m’attaquer parce qu’il me représente valablement», se lamente-t-il. Par ailleurs, M. Rwasa remarque qu’encore une fois, son camp n’avait pas été associé dans les préparatifs : « On ne savait rien de l’organisation, du protocole, de la sécurité, etc. »
Agathon Rwasa s’interroge si c’est la hâte qui est à la base de cette insubordination. Mais il se dérobe et pense plutôt à un agenda caché.

La liste, elle n’est pas exhaustive …

13 septembre 2013. Agathon Rwasa indique que la police l’a envahi. Mais aucun de ses pairs ne viendra le réconforter.
Fin septembre- mi octobre 2013. L’ADC était invité aux Etats Unis par la diaspora burundaise. Aimé Magera, son porte-parole, a été contacté une semaine avant alors que l’invitation était connue de certains membres de l’ADC depuis des mois : « Comment est-ce possible de se procurer tous les documents de voyage notamment le visa à la dernière minute ? » Le temps limité, constate-t-il, c’était pour les inciter à se désister.
Lundi, 18 novembre 2013. L’ADC Ikibiri avait organisé une rencontre. Aimé Magera se présente et il est accueilli par des paroles méchantes, sans savoir pourquoi. Pour M. Rwasa, c’est cette goutte qui fait déborder le vase.

D’autres faits, réalise-t-il, apparaissent insolites mais ont un sens : « En tant que coalition, à la réunion de Kayanza, M. Magera a soulevé une question d’intérêt commun avec le diplôme universitaire pour être président de la République. Aucun soutien. »
Au sein de l’ADC, M. Rwasa apprendrait que ses pairs auraient déjà départagé les postes de président de la République, de l’Assemblée nationale, du Sénat, etc. : « C’est vendre la peau de l’ours avant de l’avoir abattu. »

Confusion

D’après le leader historique des FNL, l’ADC entretient une confusion entre la fusion et la coalition : « Tout le monde spécule sur l’électorat FNL, ils sont confortables dans notre situation, veulent nous fragiliser davantage en s’accaparant de nos militants. .»
Ces gens d’Ikibiri, lance M. Rwasa, oublient que chaque parti a son histoire devant l’électorat : « C’est lui qui décide et non les directions des partis. On ferait mieux d’éviter ces calculs mesquins. »

Interrogé s’il envisage se retirer si le climat malsain persiste au sein de la coalition, Agathon Rwasa est sans ambages : « Ma préoccupation première, ce n’est pas l’ADC mais le parti FNL parce que son aura dépasse de loin celui de l’ADC. Qu’est-ce que cette coalition a déjà fait pour défendre la cause de mon parti ? »

De surcroît, M. Rwasa persiste et signe qu’il ne peut pas sacrifier les intérêts de son parti au profit d’une coalition contestée par la législation en vigueur : « Qu’est-ce que je deviens à l’ADC sans parti. »
Dans notre prochaine édition, nous recueillerons les avis des autres leaders de l’ADC-Ikibiri face à ces accusations d’Agathon Rwasa.

Elyse Ngabire et Philippe Ngendakumana

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s