Hommage au Prince Louis RWAGASORE

ASSOCIATION FRATERNITÉ ISHAKA – CANADA

            Il y a 52 ans jour pour jour, le Prince Louis Rwagasore, Héros de l’Indépendance nationale du Burundi tombait sous les balles d’un mercenaire d’origine grecque à la terrasse de l’Hôtel Tanganyika de Bujumbura. Ce meurtre commandité par la puissance tutélaire belge et sournoisement transféré à quelques intermédiaires politiques burundais d’alors amorçait la fin d’une époque quasi-millénaire d’un pays politiquement et socialement stable – excepté pendant la colonisation – sous la houlette de l’une des monarchies les plus libérales, les plus solides et les plus paisibles du monde.

Pour les colons belges, il fallait briser le rêve et l’espoir du peuple burundais qui avait osé réclamer sa liberté. Il fallait surtout semer le virus de la division ethnique qui faisait déjà son œuvre au Rwanda voisin.  Ce meurtre mettait donc un terme à l’espoir d’un avenir meilleur et annonçait une longue agonie politique ponctuée par des massacres cycliques ignominieux. Le meurtre de Rwagasore reste malheureusement impuni, seuls l’exécuteur et intermédiaires ayant été jugés.

Force est de constater aussi que, cinquante-deux ans après la mort du Prince, le Burundi n’est pas encore sorti du bois.

·         Rwagasore voulait que « tous les habitants du Burundi se sentent en paix et en sécurité, que personne ne se croit menacé et que chacun ait confiance dans la protection du Gouvernement » Le constat est la sécurité personnelle, familiale et collective des burundais n’est point garantie. Les milices partisanes, particulièrement les IMBONERAKURE affiliées au parti au pouvoir, sèment la terreur sur les collines et partout à travers le pays.

·         Rwagasore annonçait un lutte sans merci contre les « voleurs, agresseurs et bandits de toute espèce ». Aujourd’hui, les voleurs et bandits contrôlent des pans entiers des secteurs politique, juridique et économique du pays. Le détournement des biens de l’état et la corruption généralisée sont devenus un mode de gouvernance. La déprédation des biens communs et la vente à vil prix des Sociétés et infrastructures patrimoniales de l’État appartiennent désormais à la routine de la conduite des affaires étatiques.  

·         Rwagasore voulait se pencher sur « sur les véritables problèmes de la nation : problèmes économiques surtout, problèmes de la terre et de l’émancipation sociale du petit peuple, problèmes de l’enseignement et tant d’autres ». Aujourd’hui, ces questions sont, soit occultées, soit utilisées à des fins ethnico-politiques pour diviser ce petit peuple. La CNTB est l’illustration la plus représentative de l’esprit malade des dirigeants actuels du pays.

En cette journée de 52ème anniversaire de son assassinat, l’Association Fraternité ISHAKA – Canada rend hommage au Prince disparu. Il en profite pour demander au Gouvernement burundais de:

  • Relire et faire sien le discours du Prince Louis Rwagasore
  • Déclarer l’Hôtel Tanganyika, Patrimoine National et l’inclure parmi les lieux privilégiés de recueillement et de tourisme
  • Déclencher une enquête internationale sur l’assassinat de Rwagasore au vue des récentes informations publiées dans certains médias européens

  

Fait à Montréal, le 13 octobre 2013

L’Association Fraternité ISHAKA – Canada

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s