De l’ingratitude de certains journalistes burundais

Conjournbdais 2345(Bujumbura, 27.09.2013 – http://www.bujumbura.be) Les médias ne sont pas neutre ! Seul quelques journalistes burundais essayent de faire comprendre à qui veut l’entendre qu’ils sont neutres. C’est faux, archi-faux ! Mais ce n’est l’objet de cet éditorial. Nous allons plutôt parler de la façon dont les journalistes burundais traitent les acteurs de l’information. Ils vous cherchent, vous piègent, vous sucent tout ce qu’ils ont besoin et après … plus de suite quand vous êtes dans le pétrin.

Prenons l’exemple du Général Moise qui est passé sur France 24 le 1er décembre 2011. Tout les journalistes sont allés vers lui pour le connecter à Mme Pauline Simonet. Mais lorsqu’il est mort, personne n’a pris son micro pour annoncer sa mort au début de cette année. Pourtant ce Général issu de l’ancienne rébellion Fronabu Tabara devenu FPM Abatabazi puis repris aujourd’hui dans INTORE avait été convoité par tout les journalistes qui se disent spécialiste de la question de sécurité dans les grands lacs africains et au Burundi en particulier.Ces journalistes préfèrent tendre le micro à leur ancien collègue qui rêvent d’être Calife à la place du Calife. Ou tout simplement à un autre éternel candidat responsable de massacres à caractères génocidaires au lieu de faire le suivi des personnes avec qui ils ont traité l’information  un jour ou l’autre.

Un autre exemple est celui de Monsieur Pancrace Cimpaye, pour ne pas le citer, qui a, lui aussi, vécu ses heures de gloire dans les médias burundais. Aujourd’hui acculé par des problèmes dus à son parasitage avec le parti au pouvoir, personne ne parle de lui aujourd’hui. Il est devenu un quidam parmi les quidam dans la capitale européenne. C’est aussi un exemple parlant de lâcheté vis à vis de celui qui a fait le chaud et le froid dans plus d’un medium sur le Net. Seul Gratien Rukindikiza est venu à son secours pour l’aider à vendre sa maison en publiant une annonce sur son site.

Dans un tout autre registre, sur le net cette fois ci. Le site tutsi.org a rendu son tablier mais personne n’y prête attention. Ce site fut le fer de lance dans la dénonciation des crimes commis contre les tutsi par les génocidaires hutu du CNDD-FDD et du PALIPEHUTU. Aujourd’hui c’est le silence total depuis 2012. Ses propriétaires auraient bifurqué vers le pouvoir en place. Kirombo Gaspard a été nommé représentant de l’Uprona gouvernemental en Europe et Ndikumana Paceli a reçu la promesse d’un poste diplomatique  pour le CNDD-FDD. Ce dernier attend toujours. Une somme de 3.000 dollars, perçu en provenance du parti au pouvoir pour arrêter les publications du site, déchire ce groupe en ce moment.
Un fait divers et non des moindres vient de se passer dans notre pays sous silence des journalistes. Il y a une semaine des jeunes burundais ont été transféré par les autorités congolaises vers le Burundi. Ils sont à vingt cinq. Sept sont arrivés hier à Mpimba après avoir transité aux cachots de la documentation nationale. Parmi eux l’ancien porte parole des FPM-Abatabazi, le Major Nzambiyakare Fidel. Ce Major a fait le tour de tout les médias lors des offensives dirigés par son mouvement. Aujourd’hui, il est à Mpimba et personne n’en parle. Seul l’infatigable Mbonimpa Pierre Claver a franchi le rubicon jusqu’aujourd’hui.
Mais comme le dit la parole du seigneur « ne fait jamais à autrui ce que tu ne veux pas qu’on te fasse », dernièrement lors d’une conférence à Bruxelles marquant les cent jours de la promulgation de la loi sur la presse, pas plus de dix burundais ne se sont présentés dans la salle de conférence. Les burundais ne sont pas dupes. Ils savent très bien pour qui roulent ces journalistes burundais. Pour cette clique de journalistes, si un autre journaliste n’ a pas été façonné par la moule du buyoyisme, il ne vaut rien.Il faut quand même noter que c’est un petit groupe de journalistes qui opèrent de cette manière et non l’ensemble.  Et ils se reconnaitront dans cet éditorial.Pourtant il y a encore de bon journalistes au Burundi et Dieu merci !

Soyez très vigilant quand vous êtes approché par
certains journalistes burundais. Ils sont lâches en général !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s